Chiffrez vos travaux maintenant !
Rencontrez des pros !
Je chiffre mes travauxDemande de devis
Chiffrage immédiat et gratuit,
Votre devis de travaux d'une cuisine ouverte selon un prix de référence.

Prix d'une cuisine ouverte

Salon avec cuisine ouverte
La cuisine est une pièce de vie dans laquelle nous passons de longues heures. On la souhaite à la fois agréable, design et fonctionnelle. Aujourd’hui, la tendance est à la cuisine ouverte afin de profiter de plus d’espace, de plus de luminosité et de plus de convivialité. Découvrez, dans ce guide, les multiples options permettant de créer cet espace et, par la même occasion, le prix d’une cuisine ouverte qui peut aller de 5 000 à 10 000 € (hors gros travaux).

 

Le prix de dépose des éléments en place

Avant tout commencement de travaux d’ouverture de cuisine, lorsqu’il s’agit de modifier ou déplacer une cuisine existante, il faudra en passer par la dépose des différents éléments qui la composent, soit pour les réutiliser, soit pour les évacuer.

 

Ainsi, entre le mobilier, l’électroménager et parfois même les revêtements, il est important de prendre en compte la charge financière qui en découle dans le budget global du projet. Le tableau ci-après va vous permettre de vous faire une première idée à ce sujet :

 

Poste concerné

Travail effectué

Prix

mobilier

ensemble mobilier de cuisine

  • démontage
  • chargement en vue d’une évacuation
  • démontage des accessoires compris

60 €

  • démontage d’un ensemble mobilier de cuisine
  • stockage
  • remontage

90 €

plomberie

évier

  • dépose
  • obturation des canalisations
  • évacuation

105 €

chauffe-eau

145 €

sol

lino

  • dépose
  • évacuation

10 € au m²

parquet stratifié

10 € au m²

carrelage

25 € au m²

murs

tapisserie ou toile de verre

  • dépose
  • évacuation
  • rebouchage des irrégularités
  • mastiquage des irrégularités
  • passage d'un enduit de lissage

10 € au m²

revêtement textile ou PVC

15 € au m²

lambris

20 € au m²

enduit ou crépis

30 € au m²

faïence ou pâte de verre

40 € au m²

plafond

toile de verre

  • dépose
  • évacuation
  • rebouchage des irrégularités
  • mastiquage des irrégularités
  • passage d'un enduit de lissage

15 € au m²

lambris

25 € au m²

polystyrène

25 € au m²

crépis

35 € au m²

isolants

doublage mural

  • démolition du doublage placoplâtre
  • évacuation du doublage et de son isolant

35 € au m²

VMC

 

  • dépose d'un bloc VMC
  • évacuation

110 €

 

 

Les différentes possibilités de création d’une cuisine ouverte

Selon la configuration des lieux, le souhait de simple modification des espaces existants ou la volonté d’en créer de nouveaux, le prix d’une cuisine ouverte est, tout d’abord, fonction de l’éventuel gros oeuvre à réaliser.

 

Prix pour ouvrir la cuisine via la création d’une extension

Si le sujet de l’extension a déjà été abordé dans d’autres articles tels que, notamment, Extension de maison : les étapes pour la réussir, il faut savoir que cet ajout de surface peut tout à fait se penser dans le cadre d’une création de cuisine ouverte.

 

Différentes solutions deviennent alors envisageables pour cette extension avec des possibilité d’agrandissement sur un même niveau ou sur des niveaux différents (inférieur ou supérieur).

 

Niveau et type d’extension

Travail effectué

Prix en fourniture et pose

même niveau

véranda

  • mise en oeuvre d’une véranda

1 300 € du m²

maçonnerie

  • création d’une aile selon les matériaux utilisés

800 à 1 200 € par m²

niveau supérieur (création d’un étage)

aménagement de comble

  • aménagement ou création
  • isolation
  • électricité
  • cloisonnement
  • revêtements
  • etc.

300 à 1 000 € par m²

surélévation

2 500 € par m²

travaux complémentaires

  • installation d’un escalier en bois

500 à 8 000 €

niveau inférieur

aménagement du sous-sol

  • isolation
  • électricité
  • cloisonnement
  • revêtements
  • etc.

500 € par m²

 

 

Prix pour ouvrir la cuisine via l’aménagement du garage

Utiliser une surface de garage, partiellement ou en totalité, afin de créer cette cuisine ouverte est une autre des options envisageables. Cela permet d’augmenter la surface habitable. Dans ce cas, il faudra en passer par une ouverture de mur dont il est question juste après afin de disposer de cette ouverture vers le reste de la pièce de vie.

 

A noter que certaines communes pourront vous imposer de remplacer votre emplacement de stationnement de manière à ce que votre logement continue, malgré sa transformation, à répondre aux attentes sur ce point. Une visite en mairie vous permettra de collecter les informations à ce sujet.

 

Pour le reste des travaux, il s’agira de l’ensemble des opérations qui sont détaillées dans ce guide, à savoir isolation, électricité, plomberie, revêtement, etc.

 

Prix pour ouvrir la cuisine via l’ouverture d’un mur

Vient enfin l’option de l’ouverture de la cuisine par la simple ouverture d’un mur. Deux cas de figure peuvent alors se présenter. Ils sont fonction de la nature du mur à abattre. En effet, soit ce mur sera porteur, et nécessitera des travaux de grande envergure, soit il s’agira d’une simple cloison dont la destruction ne demandera pas de précautions particulières.

 

En outre, cette ouverture de mur pourra se faire de manière :

  • partielle afin de conserver un comptoir ou intégrer une verrière ;
  • ou sur la totalité de la hauteur pour disposer d’un espace complètement libre qui permettrait alors, pourquoi pas, d’envisager un îlot central (à découvrir plus bas dans ce guide).

Entre un apport de lumière évident pour votre pièce et une réelle plus-value pour votre bien, le nouvel agencement permet en outre de disposer d’un espace bien plus convivial et agréable.

 

Il est à noter qu’une ouverture partielle ou totale peut offrir quelques avantages très intéressants :

 

Ouverture

Partielle

Totale

Options

mise en place

d’un comptoir ou d’un bar

installation

d’une verrière

création

d’un espace non contraint

mise en oeuvre

d’un îlot central

Avantages

  • offre une surface pouvant être utilisée comme espace de repas
  • permet une communication entre les pièces
  • offre une ambiance industrielle
  • permet de stopper bruits et odeurs sans pour autant couper des convives
  • laisse la lumière circuler librement
  • permet de disposer d’un vaste espace libre
  • possibilité d’intégrer plus facilement le mobilier de salle à manger
  • moderne et tendance
  • l’îlot devient à la fois : coin repas, plan de travail, meuble de rangement
  • l’électroménager peut aussi y être intégré
 

 

Si le budget pour détruire une cloison sera minime, il n’en sera pas de même dans le cas du mur porteur qui requiert à la fois des compétences et des matériels bien spécifiques.

En effet, abattre un mur porteur consiste à retirer un élément ayant pour rôle de supporter le poids de la structure et lui apporter résistance et stabilité. Lorsque l’on souhaite ôter un tel élément, il faut alors prévoir une solution de remplacement. Celle-ci consiste en une poutre qui endossera alors ce rôle. Pour ce faire, elle doit être parfaitement dimensionnée, faute de quoi sa présence ne sécuriserait pas les lieux. C’est par le biais d’une étude réalisée par un ingénieur béton ou un architecte qu’il sera alors possible de disposer des bonnes informations.

Une fois cette étude effectuée, viendra le moment d’étayer, de casser et évacuer les gravats et d’intégrer la poutre. Il s’agit généralement d’un IPN en bois, métal ou béton.

 

Pour ce qui est de l’impact financier, il faut savoir que plus l’ouverture demandée sera grande et plus la facture sera élevée. Ainsi, en termes de prix, voici ce à quoi vous pouvez vous attendre :

  • prix d’une étude béton : 1 500 à 2 000 €
  • prix de fourniture et pose d’un IPN (hors destruction du mur) : 170 à 840 €
  • prix de destruction d’un mur porteur : 2 000 à 4 500 €

 

Les installations et équipements à prévoir

Une fois le gros oeuvre réalisé, restent encore tous les travaux d’aménagement à mettre en oeuvre pour rendre cette cuisine ouverte agréable et fonctionnelle. Ils consistent en l’électricité, la plomberie, les revêtements, l’isolation, etc.

 

Prix de l’électricité

Une cuisine sans électricité ne saurait permettre l’installation de l’ensemble des équipements et éclairages nécessaires à ce type de pièce. Ainsi, selon les besoins, il faudra prévoir le câblage, la mise en place des prises de courant, qu’elles soient spécialisées ou non, et des luminaires. Ces derniers devront être placés de manière à offrir suffisamment de lumière tant au-dessus de l’évier qu’au niveau des zones de travail, souvent installées sous les meubles hauts.

 

Ce réseau de distribution électrique devra être pensé selon l’agencement final de la pièce, et donc en tenant compte de l’agencement du plan de travail, de manière à ce que chaque équipement électroménager puisse être alimenté et que chaque petit appareil puisse être branché le temps de son utilisation.

 

Equipements concernés

Travail effectué

Prix en fourniture et pose

câblage

ligne électrique

tirage d’une ligne électrique depuis le compteur

210 €

prises électriques

prise 16 A avec terre

installation avant le doublage

70 €

installation après le doublage : sous saignée ou en goulotte

100 €

déplacement d’une prise

dépose et repose d’une prise

100 €

chauffage

radiateur électrique

raccordement d’un radiateur

175 €

éclairages

point lumineux avec interrupteur

installation d’un point lumineux, en applique ou au plafond, et de son interrupteur

70 €

Leds

mise en place de 3 à 5 spots Leds encastrés

150 à 250 €

remise aux normes

50 à 100 € par m²

 

 

Si, par la même occasion, il vous faut songer au déplacement ou au remplacement de votre chauffe-eau électrique, le prix en fourniture pourra aller de 300 à 460 € pour un modèle vertical de 100 litres. Le prix de pose, quant à lui, sera autour de 150 à 400 €.

 

Pour disposer d’autres tarifs en termes de travaux d’électricité, vous pouvez consulter : prix des travaux d'un électricien.

 

Prix de la plomberie

Dans une cuisine, il faut aussi penser à l’ensemble des raccordements ayant trait à la plomberie. Il pourra alors s’agir des travaux en vue de créer les réseaux :

  • d’eau : en vue de l’alimentation et de l’évacuation en lien avec l’évier et le lave-vaisselle ;
  • de gaz : afin d’apporter le combustible pour le four et//ou les plaques de cuisson, voire pour le chauffe-eau qui s’installe parfois dans cette pièce.

 

En termes de coût, il faudra prévoir les prix de prolongement de réseaux d’eau et/ou de gaz suivants :

 

Réseau concerné

Prix en fourniture et pose par ml

prolongation du réseau d’eau :

  • froide ou chaude

40 €

prolongation du réseau d’évacuation des eaux :

  • diamètre inférieur ou égal à 50 mm

50 €

prolongation du réseau de gaz

50 €

 

 

En plomberie, il faudra également penser à l’installation et au raccordement de divers équipements qui pourront nécessiter des modifications sur le réseau existant. Par exemple, pour modifier un raccord en PVC, il faudra compter autour de 190 €.

 

Pour obtenir plus d’informations sur les tarifs pouvant être présentés par un plombier, vous pouvez encore vous référer à l’article portant sur le tarif horaire d’un plombier.

 

Prix de l’isolation

Comme toutes les autres pièces de la maison, la cuisine devra bénéficier d’une bonne isolation. Créer une cuisine ouverte, en rénovation, sera alors, parfois, l’occasion de revoir ce poste et de bénéficier d’aides financières comme nous le verrons vers la fin de cet article.

 

En termes d’isolation, il faut penser à l’ensemble des points de fuite possibles. Ainsi, selon la configuration des lieux, seront traités aussi bien les murs et le sol que le plafond. Par ailleurs, notamment dans le cas des murs, cette isolation pourra se faire de différentes manières, à savoir par l’intérieur ou par l’extérieur. A noter que, s’il s’agit d’une rénovation, une ITE (isolation thermique par l’extérieur) pourra permettre d’éviter la perte de place au sein du logement.

 

Si les articles sur l'isolation thermique et phonique : les techniques et les matériaux, le prix du doublage des murs et l’isolation par l’extérieur peuvent être une mine d’informations sur ce sujet, voici déjà quelques données pour vous aider à vous faire une idée des travaux à prévoir et de leurs tarifs :

 

Partie isolée

Type d’isolation

Travail effectué

Prix en fourniture et pose au m²

sol

isolation via la structure du plancher

  • possible dans le cas d’un vide sanitaire accessible
  • l’isolation se fait par le dessous du plancher

30 €

isolation sur le sol

  • possible dans le cas d’un vide sanitaire non accessible
  • l’isolant est posé sur le sol et fait environ 8 à 10 cm d’épaisseur

50 €

murs

par l’intérieur : doublage collé

  • collage sur le mur de plaques de placoplâtre associées à un isolant (polystyrène, polyuréthane ou laine minérale) 
  • jointoiement des plaques

 

composition des plaques :

  • plaque de plâtre hydrofuge : généralement de 13 mm
  • isolant possible :
    • laine minérale (épaisseur 40, 80 et 100 mm)
    • polystyrène (épaisseur 20, 40, 80 et 100 mm)
    • polyuréthane (épaisseur 40, 60, 80 et 100 mm)

 

pré-requis et autres informations :

  • mur sain et régulier
  • ne permet pas le passage de tuyaux d’écoulements ou de câbles électriques

40 à 110 €

par l’intérieur : doublage sur rails

  • pose d’une ossature
  • intégration de l’isolant
  • pose de plaques de plâtre

 

composition :

  • plaque de plâtre hydrofuge : généralement de 10 ou 13 mm
  • différents isolants envisageables :
    • standard : isolant d’indice R 1,2 épaisseur 5 cm
    • confort : isolant d’indice R 2,5 épaisseur 10 cm
    • écologique : laine de mouton, de lin ou de chanvre
    • confort de faible épaisseur : isolant d’indice R 2,5 épaisseur 5 cm

 

pré-requis et autres informations :

  • possible sur un mur présentant quelques irrégularités
  • plus large choix d’isolants
  • permet le passage de câblages et tuyauteries

50 à 90 € en pose

par l’extérieur : sous enduit

  • pose de l’isolant sur le mur à l’aide de profilés, de chevilles et d’un treillis
  • passe de deux couches d’enduit

 

composition :

  • isolant :
    • polystyrène expansé : facile à poser et perméable à la vapeur d'eau
    • laine de roche : perméable et confère une bonne réaction face au feu
    • fibre de bois : régule l'humidité et se veut aussi un bon isolant phonique
  • enduit :
    • première couche : avec un liant organique (mortier par exemple)
    • deuxième couche : pour la finition (résine, synthétique, silicate, etc.)

75 à 200 €

par l’extérieur : sous vétage

  • assemblage du matériau composite (plaques) : en une seule passe
  • fixation via : des clips, des vis ou des chevilles

 

composition des plaques :

  • une couche d'isolant :
    • polystyrène extrudé ou expansé
    • PUR (polyuréthane)
    • laines minérales
  • une couche de parement :
    • aluminium, acier, PVC, etc.

120 à 190 €

par l’extérieur : sous bardage

  • bardage du mur : ossature protectrice
  • pose de l’isolation
  • pose de la finition (généralement des lames) avec des vis ou des chevilles

 

composition :

  • isolant :
    • pse
    • laines minérales
    • laine de chanvre
  • finition :
    • PVC, bois, aluminium
    • composites ou matériaux de construction : ardoise, terre cuite, pierre…

250 €

plafond

faux plafond : tendu

  • installation de l’isolant
  • pose d’une toile tendue en PVC ou polyester
  • fixation via des profilés périphériques

 

composition :

  • toile d’une seule pièce coupée sur mesure

 

autres informations :

  • plafond tendu est toujours hydrophobe
  • nombreuses finitions :
    • brillant, satiné ou mat, coloré ou aspect métallisé
    • imprimé d'un motif

60 à 120 €

faux plafond suspendu : plâtre

  • pose des rails
  • installation de l’isolant
  • installation des plaques de plâtre
  • jointoiement

 

composition :

  • isolant : standard ou confort
  • plaque de plâtre hydrofuge : généralement de 10 ou 13 mm

50 €

faux plafond suspendu : dalles

  • mise en place de la structure : profilés porteurs, entretoises…
  • installation de l’isolant
  • pose des dalles

 

composition :

  • structure : bois ou métal
  • dalles : laine de roche agglomérée ou lambris

25 à 40 €

 

 

Prix de la ventilation

Certaines pièces de la maison requièrent un système de ventilation performant et adapté. C’est le cas de la cuisine qui, lors de son utilisation, génère à la fois de l’humidité et des odeurs. Une ventilation permettra d’évacuer le trop plein de cette humidité et évacuera, en complément d’une hotte (dont il sera question par la suite), les odeurs.

 

Différentes solutions sont envisageables pour permettre un parfait renouvellement de l’air et assurer, ainsi, une bonne qualité de vie au sein de la pièce.

 

Type de ventilation

Travail effectué

Prix en fourniture et pose

VMR

intermittent

  • excellente alternative à la VMC
  • constituée d'aérateurs individuels

600 €

(fourniture seule)

permanent

VMC

simple flux

  • propose généralement deux vitesses
  • se gère manuellement ou via un programmateur

250 à 1 400 €

double flux

  • fonctionne sur le même principe que la simple flux
  • réduit la perte de chaleur
  • système basé sur deux réseaux de conduits
  • l’air expulsé permet de réchauffer l’air filtré venant de l’extérieur
  • intéressant dans un logement parfaitement bien isolé

2 000 à 5 000 €

 

 

Pour plus de précision sur les différents types de VMC présents sur le marché, vous pouvez aussi consulter le prix d'installation d'une VMC.

 

Prix des fenêtres

Pour une rénovation, il se peut également que vous ayez besoin de modifier vos ouvertures ou simplement les remplacer afin d’avoir des éléments proposant de meilleures performances.

 

La cuisine est généralement dotée de fenêtres mais peut aussi disposer d’une porte-fenêtre, voire d’une baie vitrée selon la configuration et la superficie de la pièce.

 

Si les prix de fourniture et pose de ce type d’ouverture peut s’avérer très variable, notamment du fait des dimensions, du niveau de gamme et des matériaux, il est possible de se faire une première idée des possibilités avec les prix moyens suivants : 

 

Type d’ouverture

Dimensions en cm

Prix moyen en fourniture et pose

Hauteur

Largeur

fenêtre 2 vantaux

115

120

400 à 1 000 €

fenêtre 2 vantaux avec bloc volet roulant électrique

115

120

600 à 1 200 €

porte fenêtre 2 vantaux

215

100

800 à 1 500 €

porte fenêtre 2 vantaux avec volet électrique

215

100

1 400 à 2 100 €

baie vitrée coulissante

215

210

850 à 2 500 €

 

 

Par ailleurs, lorsqu’il est question d’ouvertures vitrées, il faut aussi tenir compte des différentes options de vitrages qui peuvent être envisagées. Selon le type de vitrage choisi, il sera possible d’avoir des niveaux de performance et de protection différents. Par exemple, un double vitrage argon sera plus performant en termes d’isolation thermique. Voici les bases à connaître en la matière :

  • prix d’un double vitrage simple : autour de 150 € par m²
  • prix d’un double vitrage argon : environ 250 € par m²
  • prix d’un triple vitrage : entre 100 à 350 € par m²
  • prix d’un vitrage anti-effraction : de 200 à 400 € par m²

 

Prix pour ouvrir la cuisine : les revêtements

Si votre ouverture de cuisine n’entre pas dans le cadre d’une construction neuve, il vous faudra certainement en passer par une remise en état de vos supports avant de songer à la pose de vos revêtements, que ce soit pour les sols, les murs ou même les plafonds. Selon l’ampleur des éventuels dégâts, vous pourrez tabler sur les estimations qui suivent :

  • le sol après avoir déposé le revêtement d’origine :
    • réalisation d’un ragréage
      • compter autour de 20 € par m²
  • les murs et les plafonds :
    • en parfait état pour la pose d’une toile de verre avant la mise en peinture :
      • pose de la toile de verre
      • mise en peinture
        • compter autour de 30 € par m²
    • endommagés :
      • rebouchage des trous et fissures
      • traitement contre l’humidité ou les champignons
        • compter autour de 10 € par m²
    • complètement dégradés :
      • rebouchage des trous et fissures
      • traitement contre l’humidité ou les champignons
        • compter autour de 25 € par m²

 

Une fois l’ensemble des supports prêts à recevoir leur revêtement final, entre carrelage, lambris, peinture, parquet, etc., les finitions sont multiples. Chaque surface devra recevoir un revêtement à la fois adapté à la destination de la pièce mais également capable de répondre aux attentes en termes d’esthétique. Dans une cuisine, c’est généralement le carrelage et le sol plastique qui sont sélectionnés, notamment pour leur facilité d’entretien et leur résistance. Pour les murs et les plafonds, les peintures, par exemple, pourront se marier avec les teintes du mobilier.

 

Destination

Type de revêtement

Informations complémentaires

Prix au m² en fourniture et pose

sol

Carrelage grès

cérame émaillé

  • carreaux de 30 par 30 cm
  • pose collée
  • pose droite

55 €

cérame

65 €

Marbre

brut

135 €

reconstitué

85 €

Terre cuite

70 €

Sol plastique

vinyle

  • en rouleaux
  • pose collée

35 €

lino

50 €

Parquet massif en bois

exotique

  • pose collée
  • petites fournitures comprises

105 à 170 €

hêtre

85 à 100 €

pin maritime, frêne, épicéa...

115 à 170 €

Parquet stratifié

  • pose flottante
  • pose à bâtons rompus
  • sur sous-couche d’isolant phonique confort (minimum 20 db)
  • lames jusqu’à 20 cm de large

35 à 95 €

murs

Carrelage

faïence ou cérame émaillé

  • carreaux de 15 par 15 cm maximum
  • baguettes de finition fournies

50 €

pâte de verre

  • carreaux de 2 à 5 cm de côté
  • baguettes de finition fournies

70 €

Peinture

  • protection des surfaces
  • ponçage ou lessivage des murs
  • sous-couche comprise si nécessaire
  • deux couches de peinture

20 €

Lambris

PVC blanc

  • pose sur tasseaux
  • épaisseur de lame de 10 mm maximum

50 €

plafond

Peinture

  • protection des surfaces
  • ponçage ou lessivage des murs
  • sous-couche comprise si nécessaire
  • deux couches de peinture

20 €

Lambris

PVC blanc

  • pose sur tasseaux
  • épaisseur de lame de 10 mm maximum

60 €

 

   

Prix du chauffage

Et cette cuisine ouverte aura également besoin d’un chauffage de manière à rester agréable et confortable, même durant l’hiver. Ce chauffage sera fonction de l’équipement du reste de la maison. Ainsi, ce dernier sera alimenté via le réseau hydraulique ou électrique. Il pourra encore se faire sous forme d’air soufflé, notamment dans le cas d’un système de chauffage de type aérothermique.

 

Dans l’article sur le prix du chauffage par énergie vous saurez tout dans les moindres détails concernant les possibilités et les tarifs.

 

Lors, voici, dans les grandes lignes, les prix de fourniture et pose à prévoir selon le système de chauffage installé :

 

Type de chauffage

Prix de fourniture et pose

chauffage au bois

chaudière

3 500 à 25 000 €

insert

1 500 à 9 000 €

poêle

1 000 à 10 500 €

chauffage géothermique

PAC

18 000 à 25 000 €

chauffage aérothermique

PAC

7 500 à 20 000 €

chauffage hydrothermique

PAC

16 000 à 30 000 €

chauffage au gaz

chaudière

1 950 à 22 950 €

chauffage au fioul

chaudière

1 650 à 9 000 €

chauffage électrique

chaudière

1 500 à 2 500 €

 

 

Prix du mobilier

Le mobilier de la cuisine sera un autre poste de dépense. De quelques centaines d’euros à plusieurs milliers, à l’instar des revêtements, les options sont variées et présentées dans différentes gammes de la plus simple au sur mesure.

 

Pour une cuisine complète, c’est-à-dire dotée à la fois de meubles bas et haut, la fourchette de prix de fourniture, au m², oscille entre 2 000 et 15 000 €. Du panneau de particule au bois massif, de la façade sans fioriture à la plus design, les matériaux et le style seront des éléments déterminants de ce prix. Pour ce qui est du prix de pose, il faudra compter, selon le niveau de gamme choisi, un budget allant de 500 à 1 500 €.

 

Le plan de travail est également un incontournable de la cuisine. Ce dernier doit être résistant, facile à entretenir et esthétique. De nombreux matériaux peuvent être utilisés pour le concevoir et font fluctuer son coût :

 

Matériaux

Prix de fourniture au m²

Bois stratifié

10 à 30 €

Céramique

15 à 150 €

Bois massif

50 à 100 €

Béton

50 à 150 €

Verre

50 à 300 €

Inox

75 à 300 €

Quartz

75 à 350 €

Granit

100 à 400 €

Ardoise

100 à 400 €

 

 

Pour la pose de ce plan de travail, 20 à 60 € par m² seront facturés par un professionnel. Ce coût sera principalement fonction de la complexité de pose et des découpes à effectuer.

 

Afin de compléter ce plan de travail et de protéger le mur, une crédence peut être prévue. Elle peut être réalisée dans divers matériaux et adopter un nombre quasi illimité de styles.

 

Matériaux

Prix de fourniture et pose au m²

Carrelage

20 à 50 €

Inox

100 à 150 €

Verre

250 à 300 €

 

 

Prix de l’électroménager

Dans le cas de la cuisine ouverte équipée, voire super équipée, il faudra également prévoir l’achat et l’installation de tout l'électroménager intégré. Il faut alors prendre en compte :

  • les plaques de cuisson et le ou les éviers qui seront directement intégrés au plan de travail ;
  • le lave-vaisselle, le four, le réfrigérateur ou encore la hotte qui prendront place au coeur du mobilier.

 

Pour vous aider à différencier les stades d’équipement de la cuisine voici une présentation succincte :

  • cuisine aménagée : pas d’électroménager
  • cuisine équipée : plaques de cuisson, four, réfrigérateur
  • cuisine super équipée : plaques de cuisson, four, réfrigérateur, lave-vaisselle et hotte

 

Bien entendu de tels équipements viennent ajouter au budget de la cuisine ouverte. Il faut alors tabler sur les fourchettes de prix qui suivent :

 

Appareils électroménager

Prix de fourniture

Prix de pose

lave-vaisselle

250 à 1 250 €

160 €

table de cuisson

électrique ou au gaz

250 à 2.000 €

140 €

vitrocéramique ou à induction

four encastrable

électrique ou au gaz

250 à 5.000 €

140 €

simple ou multifonction

cuisinière

160 à 6 500 €

140 €

piano de cuisine

400 à 10 000 €

150 €

hotte

en casquette, au plafond ou télescopique

40 à 2.000 €

300 €

réfrigérateur, congélateur

réfrigérateur simple

250 à 5.000 €

160 €

réfrigérateur avec compartiment de congélation

 

 

Prix de l’îlot central

Mais la cuisine ouverte est l’occasion idéale pour mettre en place un îlot central dont l’avantage principal est d’être totalement personnalisable. Cet autre élément est un meuble à part entière et peut accueillir différents équipements depuis les simples rangements (tiroirs et placards) à votre électroménager. Il peut aussi devenir votre plan de travail et même votre espace repas.

 

Dans le cas où l’électroménager est intégré, il faut alors réfléchir au meilleur moyen de raccorder ces équipements en eau et/ou en électricité selon les besoins. En rénovation, cela peut d’ailleurs se révéler complexe puisque ces raccordements se font par le sol et peuvent alors requérir des travaux relativement lourds.

 

En termes d’implantation dans la cuisine, le projet de mise en place d’un îlot central requiert de répondre à différentes questions, en amont, telles que :

  • Quelle sera la fonction de cet îlot ? Simple rangement ou espace multifonction.
  • Où placer exactement l’îlot ? Ce dernier devra permettre une bonne circulation autour de lui et ne pas être gêner pour l’ouverture des tiroirs et autres éléments.
  • De quels raccordements doit-il disposer pour garantir un fonctionnement des appareils ? Arrivée et évacuation d’eau, réseau de gaz et d’électricité.

 

Au final, sans compter les éventuels travaux lourds en lien avec les besoins de raccordement, un îlot central peut afficher un prix allant de 900 à 7 000 €.

 

Type d’îlot central

Prix de fourniture

Prix de pose

simple

comprend :

  • tiroirs et placards
  • plan de travail
  • espace pour le repas

650 à 2 600 €

250 à 600 €

avec table de cuisson et évier

comprend :

  • tiroirs et placards
  • plan de travail
  • espace pour le repas
  • plaques de cuisson et hotte
  • évier et/ou lave-vaisselle

750 à 6 400 €

 

 

Prix pour ouvrir la cuisine : récapitulatif

Afin de vous permettre de vous faire une idée du coût final que pourrait représenter la création d’une cuisine ouverte, vous pouvez vous appuyer sur ce récapitulatif :

 

s

 

Poste concerné

Prix en fourniture et pose

dépose d’éléments de cuisine

mobilier

60 à 90 €

autres éléments (électroménager, évier)

105 à 145 €

dépose de revêtements

carrelage, sol plastique, papier peint, lambris...

10 à 40 € par m²

dépose des isolants

doublage mural

35 € par m²

dépose d’une VMC

110 €

création d’une extension

sur le même niveau, par le haut, par le bas

800 à 2 500 € par m²

aménagement du garage

aménagements hors ouverture de mur

500 € par m²

ouverture d’un mur

destruction, évacuation et pose IPN

2 000 à 4 500 €

électricité

remise aux normes

50 à 100 € par m²

câblage

210 €

prises électriques

70 à 100 €

chauffage

175 €

éclairages

70 à 250 €

chauffe-eau électrique

450 à 860 €

plomberie

prolongation du réseau d’eau froide ou chaude

40 €

prolongation du réseau d’évacuation des eaux diamètre inférieur ou égal à 50 mm

50 €

prolongation du réseau de gaz

50 €

isolation

sol

30 à 50 € par m²

plafond

25 à 120 € par m²

mur

40 à 110 € par m²

ITE

75 à 250 € par m²

ventilation

mise en place d’une VMC ou d’une VMR

250 à 5 000 €

ouvertures

fenêtre, porte-fenêtre, baie vitrée

400 à 2 500 €

revêtements

sol

35 à 170 €

mur

20 à 70 €

plafond

20 à 60 €

chauffage

selon énergie et équipement

1 000 à 30 000 €

mobilier

meubles

2 500 à 16 500 €

plan de travail

30 à 460 € par m²

crédence

20 à 300 € par m²

électroménager

340 à plus de 10 000 €

îlot central

900 à 7 000 €

 

Les démarches à prendre en compte

Selon votre projet de cuisine ouverte, il faudra parfois, aussi, faire face à certaines démarches administratives.

 

Par exemple, vous serez confronté à la nécessité d’avoir recours à un architecte si la surface ajoutée par une extension porte la surface totale finale de votre logement à plus de 150 m².

D’ailleurs cette même extension vous contraindra à effectuer une déclaration préalable de travaux, voire à déposer une demande de permis de construire selon la surface visée et la présence ou non d’un PLU (Plan Local d’Urbanisme) sur votre commune. Une ITE fera elle aussi l’objet d’une demande de permis de construire puisqu’il s’agit d’une modification de l’aspect extérieur. En outre, votre nouvelle façade devra répondre à des critères précis et être validée par les Bâtiment de France si votre maison est située dans une zone protégée ou aux critères d’un cahier des charges, voire passer par l’obtention de l’accord des copropriétaires, dans le cadre d’un lotissement.

 

Autre donnée à laquelle il peut être important de porter une certaine attention, celle concernant les normes de stationnement. En effet, certaines localités appliquent des taxes ou demandent création d’un autre espace de stationnement lorsque le garage d’un logement change de destination.

 

Pour une ITE, il se peut encore que vous deviez discuter avec votre voisin si votre mur est en limite de propriété. D’une part il faudra qu’il accepte de voir un échafaudage sur son terrain.

 

Les aides possibles

L’avantage de certains travaux est qu’ils peuvent ouvrir droit à différentes aides. C’est notamment le cas lorsque, lors de travaux de rénovation, certains postes permettent de venir améliorer les performances énergétiques du logement. On peut alors penser à tout ce qui a trait à l’isolation, mais également à la mise en oeuvre d’un nouveau système de chauffage ou de ventilation.

 

Pour exemple, l’installation d’une ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux permet de bénéficier d’aides financières telles que le CITE, l’Anah, la TVA réduite ou encore l’éco-prêt à taux 0. Voici quelques précisions sur ces différentes aides financières :

 

Aide

Présentation

Conditions

le CITE

Le crédit d'impôt pour la transition énergétique est une aide visant à permettre à certains foyers de réaliser des travaux en vue d’une meilleure isolation ou pour mettre en place des systèmes moins énergivores.

 

Dans cette optique l’Etat octroie un crédit d’impôt à hauteur de 30 % des dépenses effectuées, un crédit qui peut même passer à 50 % si, dans le cadre des travaux réalisés, une dépose de cuve à fioul est programmée.

 

Cependant, il est à noter qu’un plafond a été appliqué à ce type de dépenses. Ainsi, une personne seule pourra bénéficier de 8 000 € tandis qu’un couple (avec un système d’imposition commun) pourra prétendre à 16 000 €. En outre, un budget supplémentaire de 400 € peut être alloué pour chaque personne à charge, ou la moitié dans le cas d’une garde alternée pour un enfant.

 

Par ailleurs, le plafond présenté est apprécié sur une durée de 5 années consécutives. Cela signifie que ce sont les dépenses qui auront été faites entre 2015 et 2019 qui seront calculées pour chiffrer le crédit d’impôt de 2019.

  • un logement achevé depuis plus de 2 années lors du commencement des travaux de rénovation
  • un logement constituant l’habitation principale du demandeur qu’il soit :
    • locataire
    • occupant à titre gratuit
    • propriétaire

l’Anah

L’Agence Nationale de l’Habitat a mis en place différents aides. Certaines ont vocation à permettre un aménagement adapté pour les personnes à mobilité réduite ou âgées, d’autres visent les économies d’énergie.

 

Par exemple, le programme Habiter Mieux vise précisément les travaux permettant de réaliser des économies d’énergie. Changement du système de chauffage, mise en place d’une meilleure isolation, l’objectif est clair : plus de confort, moins de dépenses.

 

Le montant de l’aide peut être de :

  • 50 % du montant HT des travaux dans une limite de 10 000 € pour un foyer entrant dans la catégorie des ressources “très modestes”
  • 35 % du montant HT des travaux dans une limite de 7 000 € pour un foyer entrant dans la catégorie des ressources “modestes”
  • programme soumis à condition de ressources

la TVA réduite

Pour ce qui concerne la TVA, il est à noter qu’elle se décline en 3 taux distincts :

  • le normal : 20 %
  • le réduit : 10 %, voire 5.5 %

 

Dans le cadre de travaux en lien avec les travaux de rénovation, le taux réduit à 10 % est applicable aussi bien sur la main d’oeuvre que sur la fourniture des matériaux et équipements.

 

Si les travaux portent sur l’amélioration de la qualité énergétique, c’est alors le taux à 5.5 % qui sera appliqué.

  • un logement achevé depuis plus de 2 années lors du commencement des travaux de rénovation
  • passer par des professionnels à la fois pour l’achat des matériaux et équipements et pour la réalisation des travaux

l’éco-PTZ

L'éco-prêt à taux 0 peut être accordé dans le cadre de la réalisation de travaux en lien avec l'amélioration des performances énergétiques dans un logement ancien.

 

Les travaux visés peuvent être les suivants :

  • isolation
  • chauffage ou chauffe-eau fonctionnant grâce à des énergies renouvelables
  • etc.

 

Avec un plafond porté à 30 000 €, ce prêt est remboursable sur une période de 10 années, voire 15 années selon la nature des travaux. Pour l’obtenir, il est nécessaire de s’adresser à un établissement bancaire signataire d’une convention avec l'État.

 

Le prêt prend la forme d'une avance que l’emprunteur pourra rembourser sans avoir à y ajouter des intérêts.

 

Il est à noter que, concernant ce prêt particulier, des changements sont prévus au 1er juillet 2019. Parmi les grandes modifications, on note :

  • une extension d’accès à ce prêt pour tous les logements dont la construction est terminée depuis plus de 2 ans et également pour les travaux visant l’isolation des planchers bas
  • une durée d’emprunt passant systématiquement à 15 ans
  • la possibilité de cumuler un emprunt éco-PTZ
    avec un autre éco-prêt dans un délai de 5 ans
  • être propriétaire du logement visé : bailleur ou occupant
  • pas de conditions de ressources
  • un logement construit avant 1990
  • le logement doit être utilisé comme résidence principale
 

 

Dans la plupart des cas, les travaux devront être effectués par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

 

Le conseil d’un professionnel EnChantier

Imaginer sa future cuisine et la mettre en oeuvre sont deux étapes clairement différentes. Si chacun est à même de penser sa cuisine, il n’est pas donné à tous de mettre en place, de manière logique et optimisée, chaque élément.

Ainsi, afin de vous créer une cuisine ouverte capable de répondre à vos besoins mais aussi de s’adapter à votre quotidien, mieux vaut en passer par des professionnels qui pourront, en plus de leurs compétences techniques, être force de propositions.

D’ailleurs, cette création pouvant nécessiter l’intervention de différents corps de métier, il est généralement judicieux de demander des devis dans plusieurs entreprises. Cela vous permettra de comparer les prestations et les tarifs.

 

Parmi les éventuels derniers petits conseils ou astuces de ce guide, voici quelques idées qui pourraient rendre votre cuisine plus ludique, plus pratique, plus astucieuse :

  • penser à placer des prises en vue de la recharge du téléphone, du branchement de la bouilloire ou du mixeur
  • une zone capable de recevoir les plats sortants du four peut être prévue sur le plan de travail
  • afin de planifier les rendez-vous, noter la liste de courses ou laisser un message aux enfants, une zone peinte avec une peinture ardoise

Quel prix pour les projet de travaux de cuisine ?

A propos

EnChantier met à disposition des particuliers un outil de chiffrage instantané et les aide à trouver des artisans de confiance.
 

CNIL

Déclaration n°1262855

Contact