Chiffrez vos travaux maintenant !
Rencontrez des pros !
Je chiffre mes travauxDemande de devis
Chiffrage immédiat et gratuit,
Votre devis de travaux de chauffage selon un prix de référence.

Le prix du chauffage par énergie

 Réchauffement sur un radiateur électrique

Nombreuses sont les options de chauffage au sein d’un logement. Du poêle à bois à la chaudière haute technologie, de l’électricité à la géothermie, les solutions se multiplient et ne se ressemblent pas. Ainsi, avec un coût pouvant osciller entre 1 000 et 30 000 €, ce guide vous apportera des informations afin de vous aider à faire votre choix.

Différentes options sont envisageables en matière de chauffage électrique. Nous allons donc commencer par nous pencher sur ces possibilités.

 

Prix de radiateurs électriques

Pour un bon confort, il convient de bien sélectionner le type de radiateur électrique. Ce choix sera fonction du type de pièce, du degré d’isolation du logement et du budget. Si un professionnel sera le mieux placé pour vous conseiller en fonction de vos propres contraintes, voici, déjà, une présentation des différentes solutions et les fourchettes de prix associées.

Type de radiateur

Présentation sommaire

Prix moyen

en fourniture

radiateurs électriques soufflants

  • vitesse de chauffe rapide
  • la chaleur est soufflée dans la pièce
  • intéressant dans la salle de bains ou de douche pour un usage plus ponctuel notamment

100 à 200 €

radiateurs sèche-serviettes

  • associable au radiateur soufflant
  • intéressant dans la salle de bains ou de douche
  • existe en version radiateur sèche-serviettes électriques :
    • à inertie fluide
    • à inertie sèche

100 à 500 €

radiateurs à double corps de chauffe

  • peu courant de par un coût élevé
  • radiateur utilisant deux technologies :
    • celle du radiateur rayonnant
    • celle du radiateur à inertie sèche
  • permet une montée rapide de température
  • conserve longuement la chaleur
  • très bon confort thermique

500 à 1 000 €

radiateur convecteur

  • modèle le plus basique : correspond à l’entrée de gamme du radiateur électrique
  • système de chauffe sur base d’une résistance
  • peu onéreux
  • permet une montée rapide de température
  • refroidit très rapidement
  • capacité de chauffe d’un volume réduit
  • assèche l’air ambiant

25 à 300 €

radiateur radiant

  • fonctionne grâce au rayonnement infrarouge
  • plus performants et économiques que les convecteurs
  • plus imposants que les convecteurs
  • très bonne isolation des murs requise

60 à 2 000 €

radiateur à inertie

  • une résistance chauffe faite dans un matériau caloporteur
  • très bonnes capacités thermiques
  • excellent chauffage
  • conserve longuement la chaleur
  • permet des économies d’énergie

100 à 2 000 €

radiateur à accumulation

  • fonctionne sur le concept du radiateur à inertie revu à la hausse
  • grand volume de matériau caloporteur
  • grande accumulation de chaleur et restitution longue durée
  • excellent confort de chauffe
  • possible montée rapide en température
  • conserve longuement la chaleur

750 à 2 000 €

radiateurs mobiles

  • modèle soufflant ou bain d’huile
  • simples chauffages d'appoint

20 à 100 €

 

 

Pour la pose, il faudra prévoir un budget complémentaire d’environ 175 € par radiateur. Ce tarif de pose pourra sensiblement varier à la baisse ou à la hausse selon que le raccordement du radiateur sera à réaliser sur une simple prise électrique ou directement sur le réseau de câbles.

Avantages

Inconvénients

  • faible coût d’achat
  • peu d’entretien
  • nombreux modèles
  • faible impact carbone
  • coût énergétique relativement élevé
  • confort de chauffe variable selon les modèles
 

Prix de plancher chauffant électrique

En électrique, il est également possible, pour plus d’esthétisme dans les pièces, pour un gain de place et un confort de chauffe totalement différent, d’opter pour la solution du chauffage par le sol.

 

Autrement connu sous le nom de plancher chauffant, ce système permet de délivrer une chaleur, modérée, constante et continue au sein des pièces. Le bémol sur ce type de chauffage est la nécessité de devoir prendre en compte le décalage entre la commande de mise en chauffe et la montée effective en température. Ce décalage est dû à la présence de la chape qui vient recouvrir l’installation.

 

En électrique, il n’y a aucun besoin d’entretien particulier et le coût d’un tel moyen de chauffage, en fourniture et pose, oscille entre 40 à 75 € par m².

Avantages

Inconvénients

  • confort de chauffe : diffusion homogène
  • gain de place
  • esthétique : chauffage invisible
  • économique : 15 % moins énergivore qu’un système traditionnel
  • solution parfaite en neuf
  • n’accepte pas tous les revêtements
  • relativement onéreux en termes d’investissement
  • mise en oeuvre complexe en rénovation
 

Prix d’un plafond chauffant électrique

Avec un prix en fourniture et pose avoisinant les 110 € par m², cet autre principe est similaire que le précédent à la différence qu’il n’est en rien gêné par une chape.

 

En termes de système de chauffe, le plafond permet alors un rayonnement de chaleur qui se diffuse dans la pièce. Moins couramment mis en oeuvre, le plafond chauffant est cependant une solution intéressante.

Avantages

Inconvénients

  • entretien simplifié : possibilité de changer un ou plusieurs pans en cas de panne
  • bonne durée de vie
  • diffusion de chaleur imitant le rayonnement solaire
  • pas de déperdition due à des obstacles (meubles, tapis, etc.)
  • gain de place :
    • plus de radiateurs aux murs
    • seulement 10 cm d’épaisseur au niveau du plafond
  • gain esthétique (chauffage invisible)
  • pas de contre-indication en termes de revêtement
  • chauffe rapide et homogène
  • hauteur sous-plafond de 2,40 m au moins
  • dispositif relativement onéreux
 

 

Prix d’une chaudière électrique

Si, dans votre installation, vous disposez déjà de radiateurs à eau ou d’un plancher chauffant hydraulique (deux solutions que nous présenterons un peu plus loin), il vous faudra alors recourir à la chaudière électrique. A noter que le rendement est moindre qu’un autre principe de chaudière.

 

En fourniture et pose de ce type d’équipement, il faut prévoir une enveloppe d’environ 1 500 à 2 500 €.

 

Avantages

Inconvénients

  • simplicité de mise en oeuvre
  • compatibilité avec le chauffage central
  • pas de stockage
  • peu d’entretien
  • pas d’odeur
  • pas d’émission de CO2
  • pas écologique
  • énergie relativement chère

 

Prix d’un compteur électrique

En rénovation notamment, il faudra aussi vérifier que le compteur électrique sera en mesure de supporter la puissance des nouveaux équipements électriques. Le cas échéant, vous devrez vous rapprocher du fournisseur afin de modifier l’abonnement.

 

Pour les raccordements, le tableau pourra aussi nécessiter quelques interventions avec des rajouts de câblage afin d’alimenter chaque matériel, que ce soit un radiateur, un plancher chauffant ou une chaudière. Par exemple, il faudra compter autour de 750 €, en fourniture et pose, pour l’ajout d’un tableau électrique à 1 rangée.

 

Prix d’une chaudière au gaz

Un certain nombre de versions de chaudières au gaz peut permettre d’alimenter le réseau de chauffage. Ces dernières pourront fonctionner via la consommation de gaz naturel (gaz de ville) ou de propane (à stocker dans une citerne).

 

Type de chaudière

Présentation sommaire

Prix moyen

en fourniture

standard

  • la combustion du gaz permet de réchauffer l’eau : cette eau sera utilisée aussi bien pour le chauffage que pour la production d‘eau chaude sanitaire (ECS)
  • dans le cadre de l’ECS, les chaudières sont généralement dotées d’un petit ballon de réserve pour une eau conservée à bonne température
  • les tarifs de fourniture sont fonction de la marque du matériel mais aussi des fonctionnalités de l’appareil

650 à 4 500 €

à condensation

  • dernière-née en termes d’innovation technique dans ce domaine
  • lors de la combustion du gaz, la vapeur d’eau créée permet d’effectuer un préchauffage de l’eau
  • cette technique ouvre sur des économies d’énergie : entre 20% à 30%

1 300 à 5 200 €

basse température

  • chauffe à environ 45°C le fluide des radiateurs
  • efficace si elle est couplée à des équipements adaptés :
    • radiateurs « chaleur douce »
    • chauffage au sol basse température
  • permet des économies d’énergie

3 000 à 5 000 €

pulsatoire

  • s’appuie sur un principe élaboré de combustion
  • matériel très technique qui utilise la micro-combustion afin de provoquer une réaction en chaîne
  • économie d’énergie entre 25% et 40%

3 000 à 5 000 €

cogénération

  • produit à la fois de la chaleur et de l’électricité pour le logement
  • possibilité de revente du surplus de production d’électricité
  • peut couvrir entre 50% à 80% des besoins électriques du logement

10 000 à 20 000 €

hybride

  • couplage possible avec une pompe à chaleur électrique :
    • la PAC électrique couvre les principaux besoins
    • la chaudière à gaz vient en simple appui

5400 à 7800 €

 

Par ailleurs, en ce qui concerne les prix de fourniture des chaudières, il faut savoir que plus la surface à chauffer sera grande et plus la chaudière devra être puissante. Plus elle sera puissante, et plus son coût d’acquisition augmentera. En outre, pour une primo installation de chaudière au gaz, les travaux de raccordements sont à prendre en compte. Il faut compter autour de 800 à 950 € pour ce raccordement. Si cette chaudière doit prendre en charge votre chauffage, votre eau chaude sanitaire et également votre poste de cuisson, alors le tarif sera sur la fourchette haute.

 

Lors d’une installation de chaudière, si celle-ci n’existe pas encore, une évacuation des résidus de gaz. Cette dernière se fait par le biais d’un système de ventouse, d’une cheminée ou bien de tuyaux en PVC. Côté prix, seul un devis pourra venir répondre à cette question tant les configurations sont multiples et fonction de nombreux critères.

 

Sachez que seul un professionnel qualifié pourra réaliser cette installation de chaudière, notamment de par le fait que le gaz est un combustible pouvant exploser et peut se révéler extrêmement dangereux pour les occupants en cas de mauvaises ventilation et extraction des résidus. L’installation doit, en conséquence, respecter toutes les normes de sécurité requises. Ce spécialiste vous facturera entre 500 et 2 000 € de main d’oeuvre pour la mise en oeuvre.

 

Autre installation nécessaire si vous n’avez pas accès au gaz naturel, celle de la cuve qui sera impérativement placée hors de votre logement. Elle pourra être installée de manière aérienne (posée sur une dalle en extérieur) ou être enterrée. En termes de coût, prévoyez un complément de 500 à 2 000 € pour la pose de cette citerne de stockage.

Avantages

Inconvénients

  • différentes technologies possibles
  • pas de stockage si elle fonctionne au gaz naturel
  • peu encombrante
  • éligible au CITE
  • requiert une citerne dans le cas d’un fonctionnement au propane
  • entretien annuel obligatoire
  • émet des gaz à effet de serre
 

Prix d’une chaudière au fioul

A l’instar de la chaudière au gaz, la version au fioul présente également plusieurs variantes. Par contre, avec ce combustible, le recours au stockage est incontournable et se fait dans une cuve.

Type de chaudière

Présentation sommaire

Prix moyen

en fourniture

classique

  • les moins onéreuses et les plus  courantes
  • les versions les plus récentes consomment moins de combustible que les toutes premières chaudières du style et filtrent un peu mieux les rejets
  • elle produit de la chaleur en brûlant du fioul
  • permet la production de chauffage et d’eau chaude sanitaire

650 à 4 000 €

à condensation

  • récupération de la chaleur des fumées émises lors de la combustion
  • permet de maximiser le fonctionnement
  • réduction de la consommation de combustible

3 000 à 6 000 €

basse température

  • production d’eau chaude à basse température : entre 20°C et 70°C
  • permet une réduction de consommation de combustible
  • nécessite une excellente isolation du logement
  • économie d’énergie possible : entre 12% et 15%

3 000 à 7 000 €

 

Comme précisé précédemment, les systèmes au fioul nécessitent systématiquement le recours au stockage du combustible dans une cuve. Il faudra donc augmenter le budget de 300 à 2 000 € selon la cuve sélectionnée et sa capacité (de 750 à 3 000 litres). La cuve peut être placée en extérieur comme un intérieur, elle peut être enterrée ou être simplement posée au sol.

 

Si la mise en oeuvre est assez simple en rénovation, une installation complète sera par contre plus complexe puisqu’il faudra assurer l’ensemble des raccordements entre la cuve, la chaudière et le réseau de chauffage. Un professionnel pourra effectuer cette tâche dans les règles de l’art et le respect des normes en vigueur. Pour son intervention, ce dernier pourra présenter un devis de pose de chaudière fioul compris entre   1 000 et 2 000 €.

Avantages

Inconvénients

  • ouvre droit au CITE selon modèle
  • plus ou moins performante selon version
  • combustible accessible en tout lieu
  • relativement encombrante
  • requiert une cuve de stockage
  • plus onéreux qu’une chaudière gaz
  • coût du combustible variable (indexé sur celui du pétrole)
  • pas écologique

 

Prix de radiateurs à eau

Tout d’abord, le radiateur à eau chaude est doté d’une entrée et d’une sortie d’eau. Montés sur un circuit fermé directement relié à la chaudière, ils reçoivent l’eau chaude afin de répondre aux besoins de chauffage du logement. L’eau du circuit est ainsi utilisée comme liquide caloporteur.

Type de radiateur

Présentation sommaire

Prix moyen

en fourniture

horizontal

  • version classique du radiateur à eau
  • offre une surface de chauffe plus longue que haute

30 à 700 €

vertical

  • offre une surface de chauffe plus haute que longue
  • intéressant pour répondre à des contraintes d’espace

150 à 2 000 €

plinthe

  • au ras du sol, c’est un équipement discret
  • offre une chaleur homogène

120 à 600 €

basse température

  • fonctionne avec une eau à basse température
  • permet des économies d’énergie
  • ces radiateurs proposent des dimensions plus grandes que le radiateur classique pour disposer d’une surface d'échange plus grande

120 à 1 500 €

 

La mise en place de ces radiateurs requiert un minimum de compétences en plomberie puisqu’il faut effectuer des raccordements sur le réseau d’eau du logement. Ce dernier pourra demander autour de 100 à 350 € en pose, un coût qui sera fonction des travaux à effectuer et qui peut comprendre la dépose si nécessaire ainsi que la création du réseau d’eau.

Avantages

Inconvénients

  • offre une chaleur agréable et uniforme
  • selon le type de chaudière en place, permet de bonnes performances énergétiques
  • coût d’installation plus élevé qu’un radiateur électrique
  • requiert un entretien : purge
  • risque de fuite d’eau
 

Prix du plancher chauffant à eau chaude

Le plancher chauffant à eau chaude est un des dispositifs les plus économiques. En effet, ce dernier permet un fonctionnement intéressant aussi bien pour apporter de la chaleur dans le logement que de la fraîcheur. Cette double utilisation est fonction du raccordement effectué en amont. Dans le cas du chauffage au gaz ou au fioul, seule la chaleur sera diffusée. Un raccordement à une pompe à chaleur réversible (dont il sera question ultérieurement) peut permettre cette fonction aux beaux jours.

 

Dans la pratique, ce type de chauffage est relié à une chaudière basse température. Une technologie qui ouvre d’ailleurs sur un meilleur rendement. Dans sa version hydraulique, ce type de plancher requiert par contre plus d’entretien que le modèle électrique. En effet, un contrôle régulier des équipements doit être réalisé.

 

Pour l’aspect tarifaire d’un plancher chauffant, il convient de prévoir un budget oscillant entre 70 à 100 par m² pour la pose et pour la fourniture :

  • plancher chauffant hydraulique simple : 70 à 100 € par m²
  • plancher chauffant hydraulique rafraîchissant : 80 à 120 € par m² (plus frais annexes plus lourds)

 

 

Avantages

Inconvénients

  • confort :
    • diffuse une chaleur homogène
    • permet de marcher pieds nus sans sensation désagréable
  • esthétique : totalement invisible
  • gain de place : absence de radiateurs
  • silencieux
  • sain : pas d’air pulsé, pas de convection, pas de déplacement d’air
  • très peu d’entretien
  • adapté à toutes les énergies : solaire, géothermie, gaz, fioul, électricité
  • économique : 15 % d’économie d’énergie en rapport d’un chauffage traditionnel
  • incompatible avec certains revêtements : certains parquets, la moquette
  • coût d’investissement relativement élevé
  • complexe en rénovation
 

Prix d’une chaudière à bois

Particulièrement économique et écologique, le chauffage au bois passe par différents principes. De la chaudière au poêle en passant par l’insert, voici toutes les données à connaître en la matière.

 

Capable d’assurer aussi bien le chauffage du logement que la production d’eau chaude sanitaire, la chaudière à bois peut se décliner dans différentes versions que ce soit en termes de type de combustible (bûche, granulés…) ou de technologie (à condensation, mixte…).

 

Afin de vous aider à y voir plus clair sur ces équipements, voici ce qu’il faut savoir des possibilités de chauffage central au bois :

 

Type de chaudière

Présentation sommaire

Prix moyen

en fourniture

chaudière à granulés ou pellets à chargement automatique

 

  • alimentée par des granulés (autrement appelés pellets) : issus des déchets de l’industrie du bois, il s’agit de sciure et autres résidus compactés en de petits cylindres
  • le stockage du combustible se fait dans une réserve conçue à cet effet ou en silo et permet une autonomie plus ou moins longue selon le volume de stockage
  • sur le plan technique, ce type de chaudière est dotée d’un système de chargement automatique : les pellets sont acheminés via l’action d’une vis sans fin (parfois associée à un système d’aspiration)
  • plus performante que la version à chargement manuel, elle offre un rendement entre 80 à 90 %

5 000 à 22 000 €

chaudière à bûches à chargement manuel

  • alimentée par des bûches
  • le chargement se fait à la main, plusieurs fois par jour
  • requiert plus d’entretien que la version à pellets
  • offre un rendement entre 50 à 90 % selon les modèles

3 000 à 9 000 €

chaudière à condensation

  • propose un rendement supérieur à 90 %
  • s’appuie sur la chaleur des gaz émis lors de la combustion

10 000 à 20 000 €

chaudière mixte

  • permet un fonctionnement continu, même lors d’une coupure électrique
  • contrairement aux autres, elle accepte le chargement automatique des pellets (alimenté électriquement) et le chargement manuel des bûches

6 000 à 20 000 €

chaudière biomasse

  • alimentée avec du bois, mais peut également recevoir d’autres types de combustibles : déchets organiques, coproduits du bois, etc.

3 000 à 30 000 €

 

Lors de la mise en oeuvre d’une chaudière bois, il faudra impérativement prévoir, en parallèle, les évacuations nécessaires. En effet, lors de la combustion du bois, des fumées se dégagent et doivent être évacuées. C’est un conduit de cheminée qui devra ainsi être mis en place pour répondre à ce besoin.

 

Un professionnel prendra soin de préparer correctement l’installation de l’ensemble des éléments en respectant les normes de sécurité et les prérequis pour un fonctionnement optimal de la chaudière. Cela passe notamment par le choix du meilleur emplacement de la chaudière et le raccordement adapté à l’évacuation mais également au réseau de chauffage du logement. Ce professionnel s’assurera aussi d’une bonne arrivée d’air sans laquelle le feu ne saurait être efficace.

 

Cette expertise a un coût et se chiffre autour de 500 à 3 000 € pour la pose. Ce prix est fonction de différents facteurs que sont le raccordement à un réseau existant ou le besoin de création de celui-ci, la nécessité de travaux complémentaires ou non (ajout d’un socle au sol par exemple), taux horaire de l’artisan...

 

Avantages

Inconvénients

  • combustible le moins cher
  • écologique : énergie renouvelable
  • excellent rendement possible
  • diffuse une chaleur homogène et douce
  • requiert un espace de stockage conséquent
  • investissement de départ élevé
  • entretien annuel obligatoire
 

Prix d’un insert à pellets

Les inserts à pellets se présentent sous trois versions distinctes et peuvent être alimentés via un tiroir placé en dessous de l’appareil ou un système de type toboggan installé sur le côté. Selon le réservoir disponible, l’autonomie peut aller jusqu’à 25 heures de chauffe sans intervention.

Type d’insert

Présentation sommaire

Prix moyen

en fourniture

insert ventilé

 

  • insert encastré à granulés
  • chaleur diffusée à l’aide d’un ventilateur
  • chauffe rapide via une diffusion frontale de la chaleur
  • émet un léger bruit de soufflerie durant une utilisation à pleine vitesse

500 à 5 000 €

insert ventilé et canalisable

  • fonctionne sur le même principe que la version ventilée
  • dispose d’un ou deux ventilateurs en sus
  • permet la diffusion de la chaleur produite vers d’autres pièces
  • possible gêne sonore selon l’emplacement des ventilateurs lorsqu’ils fonctionnent à plein régime

insert à eau chaude

  • l’insert est en lien avec le réseau de chauffage central
  • permet de chauffer l’eau à destination des radiateurs
  • chauffe homogène
  • puissance supérieure aux autres versions
  • très intéressant en complément de la chaudière pour la rénovation
 

 

Comme pour la chaudière, il faudra prévoir une évacuation par conduit de cheminée dotée d’un tubage. Votre spécialiste se chargera d’effectuer les travaux d’installation dans le respect des normes de sécurité incendie et électrique. Pour cette pose, le devis pourra présenter un montant oscillant entre 1 000 à 4 000 € selon les actions à mettre en oeuvre (avec ou sans tubage notamment). D’ailleurs, il est possible de préciser que la simple pose d’un insert revient à environ 500 à 2 500 € et que la réalisation d’un tubage seul coûte autour de 500 à 1 500 €.

 

Avantages

Inconvénients

  • économique : les granulés sont peu onéreux
  • rendement : jusqu’à 75 % (granulés : très haute valeur énergétique)
  • écologique : bilan carbone neutre, peu de transport (production et consommation au local), peu d’émission de gaz à effet de serre et de particules fines
  • esthétique : visibilité de la flamme, design
  • confort : alimentation automatique, régulation de température, possibilité de programmation, entretien réduit
  • autonomie : 7 à 25 heures de chauffe
  • sécurité : suppression du risque d’incendie
  • dépendance électrique : ne fonctionne pas sans électricité
  • requiert le tubage du conduit de cheminée
  • possible nuisance sonore
 

 

Prix d’un poêle à bois

Autre moyen de chauffage fonctionnant avec le bois, le poêle. Largement remis au goût du jour, de multiples versions sont envisageables :

 

Type de poêle à bûches

Présentation sommaire

Prix moyen

en fourniture

en fonte

  • matériau très utilisé dans la conception de poêle à bois
  • excellente inertie thermique
  • permet de faire des économies
  • requiert un plancher solide et résistant afin de supporter le poids conséquent du poêle

400 à 5 000 €

suspendu

  • dénué de socle, cette version est suspendue au conduit principal d’évacuation
  • très design et moderne

1 000 à 5 000 €, voire plus

double combustion

  • très bon rendement entre 65 et 85 %
  • la combustion se fait en deux étapes :
    • première combustion pour le bois
    • seconde combustion pour les gaz résiduels
  • pour son fonctionnement requiert :
    • la mise en place de deux arrivées
    • une température optimale de 600°C

350 à 3 000 €

d’angle

  • moins encombrant qu’une version standard
  • idéal pour gagner de la place

500 à 1 000 €, voire plus

encastrable

  • requiert souvent quelques travaux supplémentaires en l’absence d’emplacement existant
  • idéal pour gagner de la place

300 à 5 000 €, voire plus

 

 

Type de poêle à granulés

Présentation sommaire

Prix moyen

en fourniture

à convection

  • diffuse la chaleur par convection naturelle et rayonnement
  • dépourvu de ventilateur :
    • il est intéressant pour des surfaces limitées
    • il est silencieux
  • une excellente option pour chauffer une seule pièce

1 500 à 3 000 €

ventilé ou à soufflerie

  • doté d’un ventilateur
  • diffuse l’air chaud rapidement dans plusieurs pièces.
  • diffusion homogène de la chaleur
  • peut se prévoir en chauffage d’appoint
  • bonne alternative pour réduire la consommation énergétique
  • relativement silencieux

1 500 à 3 500 €

à air chaud canalisé

  • parfait pour chauffer plusieurs pièces
  • l’air chaud est diffusé par soufflerie via les conduits à l’aide d’un second ventilateur
  • diffusion homogène de la chaleur
  • moins silencieux

3 500 à 4 500 €

hydraulique ou à eau chaude

  • le poêle chauffe de l’eau et non de l’air
  • cette eau chaude est diffusée via les radiateurs
  • capacité de chauffe des petites comme des grandes surfaces
  • adapté à tous les types de logements
  • plus économe : l’eau et l’air sont chauffés simultanément

1 600 à 5 000 €

en ventouse ou étanche

  • particulièrement adapté aux logements :
    • Haute Qualité Environnementale (HQE)
    • Basse Consommation (BBC)
  • très peu de déperdition de par l’étanchéité du système
  • s’appuie sur l’air extérieur et non intérieur pour fonctionner

1 500 à 2 000 €

poly-combustibles ou mixtes

  • version la plus technique
  • accepte aussi bien les granulés que les bûches évitant la dépendance à un seul combustible

7 000 €

 

 

 

La mise en place d’un poêle à bois requiert, comme pour bien d’autres équipements, le recours à un professionnel, notamment parce qu’il est important de respecter les normes de sécurité et d’installation. Dans le cas particulier du poêle, il faudra par exemple se pencher sur la nécessité de disposer d’un conduit d’évacuation adapté mais aussi sur la capacité de l’emplacement à recevoir ce type d’appareil dont le poids peut être un élément à prendre en considération. Par ailleurs ce poêle devra être posé au-dessus d’une surface incombustible.

 

Selon le modèle à installer, un artisan comptera autour de 700 à 3 500 € pour les frais de pose.

 

Avantages

Inconvénients

  • un investissement modéré pour une vraie source de chauffage
  • rendement entre 50 à 85%
  • énergie renouvelable
  • économique en rapport des autres combustibles (gaz, fioul, électricité)
  • éligible au CITE
  • peu d’émissions polluantes
  • moins encombrant qu’une cheminée
  • nécessité d’un ramonage une à deux fois par an
  • requiert un espace de stockage adapté des combustibles
 

 

Prix d’un chauffage géothermique

Lorsqu’il est question de chauffage géothermique, il est question de pompe à chaleur. Moins polyvalente que la version aérothermique qui fera l’objet du prochain paragraphe, le modèle géothermique se révèle très efficace.

 

Type de pompe à chaleur géothermique

Présentation sommaire

Prix moyen

en fourniture

mixte ou sol/eau

  • capteurs placés à de grandes profondeurs
  • fonctionnement basé sur l’action du liquide caloporteur (véhicule les calories vers la pompe)
  • la chauffe se fait par le biais des lois de la thermodynamique
  • l’eau est ensuite envoyée vers les équipements (radiateurs ou plancher chauffant...)

 12 000 à 15 000 €

eau glycolée/eau

  • pompe à chaleur dite “de surface”
  • permet une captation de calories à faible profondeur
  • l’eau glycolée ne gèle pas et véhicule la chaleur produite
  • excellent rendement

à détente directe

  • le liquide caloporteur peut être utilisé en direct dans un plancher chauffant
 

 

En géothermie, deux options de captation sont envisageables selon les contraintes de terrain :

 

Type de captage

Présentation sommaire

horizontal

  • ce captage est celui qui requiert le moins de travaux puisqu’il évite les forages
  • la surface extérieure permet d’enterrer de longs tubes à une profondeur de 60 à 120 cm
  • plus économique que le captage vertical

vertical

  • parfait pour de petites surfaces ou les zones trop exposées au gel
  • seulement quelques tubes sont implantés dans des forages allant parfois jusqu’à 100 m de profondeur
  • plusieurs forages sont alors effectués dans le jardin si aucun obstacle n’est à déplorer
  • implique des travaux plus onéreux et conséquents mais un rendement plus élevé
 

 

Ce sont donc les capteurs placés dans le sol qui permettent, par un effet de compression, de produire de la chaleur pour le logement. En termes de coût d’installation par un spécialiste, il faut prévoir un budget entre 6 000 à 10 000 € selon le système de captage nécessaire notamment.

 

Avantages

Inconvénients

  • grande efficacité
  • bonne qualité de chauffe
  • très peu énergivore et donc économique
  • complexité de mise en oeuvre des capteurs
  • coût élevé pour cette même mise en oeuvre
  • en général, ne permet pas le rafraîchissement de l’air
 

 

Prix d’un chauffage aérothermique

Autre principe, celui de la pompe à chaleur aérothermique. Différentes solutions sont là aussi possibles :

 

Type de pompe à chaleur aérothermique

Présentation sommaire

Prix moyen

en fourniture

air/air

  • les calories sont captées dans l’air extérieur pour être soufflées au sein du logement
  • ce principe est souvent utilisé en version réversible afin de disposer d’un système de chauffe en hiver et de rafraîchissement en été

6 000 à 10 000 €

air/eau

  • les calories sont captées dans l’air extérieur pour être diffusées via le réseau d’eau du logement
  • généralement conseillées dans le cas d’un besoin en eau chaude sanitaire
  • plus adapté aux régions dont le climat est doux ou en guise de chauffage d’appoint dans les autres régions
  • se décline en deux fourchettes tarifaires :
    • entre 5 000 et 9 000 € pour la basse température
    • entre 10 000 et 15 000 € pour la haute température

5 000 à 15 000 €

 

 

Vient ensuite le prix de pose qui ne doit pas être laissé de côté. Selon le type de technologie employé, il faudra prévoir une enveloppe entre 1 500 à 5 000 € pour une installation réalisée dans les règles de l’art.

 

Avantages

Inconvénients

  • économique
  • écologique
  • simple à utiliser et à mettre en oeuvre
  • rendement fonction de la température extérieure
  • possible gêne sonore selon les appareils
 

 

Prix d’un chauffage hydrothermique

Avec un fonctionnement s’appuyant sur les mêmes principes que la géothermie, la différence réside dans le fait que les calories sont alors prélevées dans de l’eau. Cette eau prendra alors généralement la forme d’une nappe phréatique mais peut aussi être contenue dans un étang. Pour y accéder un forage sera donc nécessaire et viendra gonfler le coût d’installation.

 

Selon le type de capteurs à mettre en place (verticaux ou horizontaux) pour cette PAC eau/eau, il faudra prévoir un coût d’achat entre 10 000 à 20 000 €. Pour la pose, les frais seront similaires à ceux énoncés dans le cas de la géothermie, à savoir de 6 000 à 10 000 €.

 

Avantages

Inconvénients

  • bonne performance
  • éligible au crédit d'impôt
  • rapidité de chauffe : très bonne
  • plus économe en énergie que l’aérothermie
  • requiert un point d'eau ou une nappe phréatique à proximité immédiate
  • principe coûteux à l’installation
  • démarches administratives obligatoires (modification des sous-sols)
 

 

Les avantages et inconvénients des différentes énergies

Chaque énergie affiche à la fois avantages et inconvénients. Voici un récapitulatif des principaux axes pour chaque énergie envisageable dans le cadre du chauffage d’un logement :

 

 

Avantages

Inconvénients

électricité

  • investissement réduit
  • peu d’entretien (simple dépoussiérage)
  • installation simple
  • compatibilité avec la domotique
  • coût de fonctionnement relativement élevé
  • aucune aide possible lors de la mise en oeuvre

fioul

  • fonctionnement possible en toutes conditions climatiques
  • approvisionnement pouvant être effectué en tout lieu
  • pas écologique : le fioul est polluant
  • onéreux en termes de combustible
  • peu viable dans les zones urbanisées (supplanté par les avantages du gaz)

gaz

  • fiabilité d’approvisionnement :
    • disponible et accessible
    • transport via des gazoducs ou des terminaux méthaniers : n’est donc pas soumis aux conditions météorologiques
  • rentabilité énergétique et économique :
    • le gaz naturel est moins cher que l’électricité
    • chauffage plus performant et économique
    • gain sur facture annuelle (chauffage et eau chaude) :
      • 20% par rapport à l’électricité
      • plus de 25% par rapport au fioul
    • un rendement de 110 % peut être atteint avec la chaudière à condensation
  • combustion inodore :
    • ni odeur, ni fumée, ni cendres, ni goudron
    • émissions de CO2 et d'oxyde d'azote :
      • 20 à 25% moins élevées par rapport au pétrole
      • 40 à 45 % moins élevées par rapport au charbon
      • le propane émet cinq fois moins de CO2 et deux fois moins de particules que le fioul
  • chaleur douce et homogène
  • chaudière à condensation : réduction de consommation d’environ 35%
  • la chaudière au gaz performante ouvre droit à des aides et subventions
  • la chaudière à gaz dans sa version la plus récente dispose d’un système de sécurité en cas de dysfonctionnement ou de panne
  • toxicité du combustible (il faut des conduits parfaitement étanches) :
    • dangereux en cas d’inhalation massive
    • inflammable
    • une combustion de mauvaise qualité peut produire du monoxyde de carbone (un détecteur est fortement recommandé)
  • installation onéreuse
  • installation complexe :
    • requiert la mise en place d’une citerne en extérieur ou un raccordement au réseau urbain

 

bois

  • écologique
  • économique : combustible le plus abordable
  • ouvre droit à des aides et subventions
  • ramonage deux fois par an
  • nécessité de pouvoir stocker le bois
  • production de cendres

géothermie

  • éligible aux aides
  • énergie renouvelable
  • peu d’émission de CO2
  • économique
  • coût de forage élevé
  • risque d’affaissement de terrain

aérothermie

  • pas d’autorisation administrative particulière
  • utilisation simple
  • efficacité selon le climat environnant
  • peut nécessiter un chauffage d’appoint
  • possibles nuisances sonores

hydrothermie

  • ouvre droit à des aides et subventions
  • rendement constant et élevé
  • mise en oeuvre onéreuse
  • requiert l’obtention d’accord administratif
 

 

Comparatif des coûts de fonctionnement

Le chauffage nécessite également de prendre en considération le coût de la consommation d’énergie. Voici quelques données intéressantes en ce sens :

 

 

Coûts de consommation

chauffage électrique

2 à 4 € par m² et par an

chaudière gaz naturel

0.8 à 1 € par m² et par an

chaudière GPL ou gaz propane

1.4 à 1.7 € par m² et par an

poêle au bois

250 à 350 € la tonne de pellets (prévoir autour de 2 tonnes par an)

chaudière au bois

50 à 80 € le stère de bois (bûches)

géothermie

avec capteurs horizontaux : 2,5 € par m² et par an

avec capteurs verticaux : 2,2 € par m² et par an

hydrothermie et aérothermie

25 à 40€ par mois pour 100 m²

 

 

Comparatif des prix de chauffage selon les énergies

En guise de récapitulatif, voici un comparatif des chauffages en fonction de l’énergie employée :

 

Type de chauffage

Equipement

Prix en fourniture et pose

chauffage électrique

chaudière

1 500 à 2 500 €

chauffage au gaz

chaudière

1 950 à 22 950 €

chauffage au fioul

chaudière

1 650 à 9 000 €

chauffage au bois

chaudière

3 500 à 25 000 €

insert

1 500 à 9 000 €

poêle

1 000 à 10 500 €

chauffage géothermique

PAC

18 000 à 25 000 €

chauffage aérothermique

PAC

7 500 à 20 000 €

chauffage hydrothermique

PAC

16 000 à 30 000 €

 

 

Le prix de dépose des éléments en place

En dehors des travaux d’installation de votre mode de chauffage, il se peut que des travaux complémentaires soient attendus. Cela peut concerner des travaux de dépose ou de prolongation de réseau, mais également des travaux de retouche et remise en état s’il est question, par exemple, de supprimer des radiateurs dans le cadre d’une rénovation.

 

En ce qui concerne la dépose, divers équipements peuvent être visés et voici une première idée des tarifs en lien avec de telles prestations :

 

Elément à déposer

Prix de dépose

radiateur électrique

45 €

radiateur à eau

160 €

chaudière

100 à 150 €

pompe à chaleur

250 €

 

 

Ces tarifs prennent généralement en compte la dépose en elle-même, mais aussi l’isolation ou l’obturation des réseau et l’évacuation en décharge.

 

Le prix de prolongement de réseau

Si, pour alimenter les diverses installations prévues, des prolongements de réseaux d’alimentation doivent être effectués, des frais supplémentaires seront aussi à prendre en compte dans le budget. Que ce soit en électricité, en gaz ou en eau, chaque appareil ou élément doit pouvoir être correctement raccordé en fonction du besoin.

 

Type de réseau

Prix en fourniture et pose

installation câblage électrique

210 €

alimentation en eau (aller/retour)

130 € par m linéaire

alimentation en gaz

50 € par m linéaire

 

 

Le prix de réparations et retouches

Lors des travaux, en rénovation, il est possible que quelques dégâts soient occasionnés. Ce peut notamment être le cas avec un radiateur que l’on décroche et qui ne sera pas remplacé à l’identique. Lors, des frais de reprise seront ajoutés.

 

Type de travaux

Prix en fourniture et pose au m²

rebouchage et masticage d’irrégularités sur un mur, puis lissage à l’enduit avant mise en peinture

10 €

mise en peinture

20 €

pose d’un carrelage après installation de plancher chauffant

55 à 135 €

 

 

Le prix d’entretien

Selon les énergies, un entretien peut être imposé, notamment pour des raisons de sécurité.

 

Type de chauffage

Présentation

Coût annuel d’entretien

électrique

  • pas d’entretien particulier à effectuer

0 €

fioul

  • contrôle annuel obligatoire
  • la fourchette basse correspond à une intervention hors contrat tandis que la haute à une intervention dans le cadre d’un contrat d’entretien annuel
  • l’entretien englobe généralement les prestations suivantes :
  • contrôle et nettoyage des éléments de la chaudière
  • remplacement éventuel de certaines pièces
  • réglage de la chaudière
  • mesure des émissions de gaz polluants
  • évaluation du niveau de performance énergétique

100 à 320 €

gaz

  • contrôle annuel obligatoire
  • cet entretien vise à :
    • limiter les émissions accidentelles de monoxyde de carbone (le prestataire fournit une attestation indiquant le taux de monoxyde de carbone émis plus un bilan énergétique et environnemental)
    • optimiser le fonctionnement de l’appareil
    • réaliser des économies d’énergie

60 à 150 €

bois

  • le contrôle obligatoire réside dans le ramonage des conduits qui sera effectué une fois par an
  • plus régulièrement, un entretien simple pour cet équipement comprend différentes opérations de nettoyage (réservoir, cendrier, vitre et brasier) : entretien qui peut être effectué par un professionnel pour 20 à 40 €

85 à 150 €

pompe à chaleur

  • l’entretien n’est pas obligatoire pour toutes les versions de PAC mais reste fortement conseillé pour la bonne durée de vie
  • l’obligation d’entretien annuel porte sur les PAC dotées de plus de 2 kg de fluide caloporteur et doit être validé par la délivrance d’une attestation du professionnel

100 à 300 €

 

 

Les aides possibles

Selon les technologies et les énergies employées, il est possible d’accéder à certaines aides et subventions.

 

Le CITE (Crédit d'impôt pour la transition énergétique) est une aide permettant de financer jusqu’à 30 % du projet. Il est notamment valable pour les chaudières de dernière génération et les systèmes basés sur l’emploi d’énergies renouvelables. Il est à noter que des plafonds sont applicables avec l’attribution de 8 000 € maximum pour une personne seule et jusqu’à 16 000 € pour un couple. Des majorations sont prévues dans le cas de personnes à charge (400 € par personne en sus) ou de garde alternée (200 € par enfant).

 

L’offre de chaudière ou pompe à chaleur à 1 € est une autre aide mise en place par le gouvernement. Cette dernière permet, via le Pacte Energie Solidarité, de disposer d’une nouvelle installation pour une facture finale d’1 €. Pour ce faire, le particulier bénéficie de l’aide Coup de Pouce Chauffage, une prime à la reconversion de chaudière (4 000 €) et du programme Habiter Mieux Agilité de l’Anah (50 % du montant des travaux pris en charge).

 

La TVA réduite à 5.5 % est également valable lorsque les travaux entre dans le cadre de la rénovation énergétique du logement. Un dispositif qui englobe également les travaux induits par cette rénovation.

 

L’Anah (Agence Nationale pour l'Amélioration de l'Habitat) propose des subventions afin d’aider à la mise en oeuvre de certains travaux. Elle permet notamment une aide de 50 % avec le programme Habiter Mieux Agilité.

 

L'éco-prêt à taux zéro, comme son nom l’indique, est une aide permettant de bénéficier d’un emprunt à taux 0 % pour financer une partie des travaux engagés.

 

Certaines conditions peuvent être exigées pour accéder aux aides :

  • une chaudière à bois doit arborer le label Flamme verte ou son équivalent
  • l’installation doit être réalisée par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement)

 

Le conseil du professionnel EnChantier

Faire des travaux en lien avec les améliorations de confort énergétique est intéressant, mais il est important, en amont, de se pencher sur la qualité d’isolation du logement visé. En effet, une excellente solution de chauffage n’offrira aucun bénéfice en l’absence d’un minimum d’isolation.

Par ailleurs, lors de la préparation du projet, il pourra être judicieux de réfléchir à certains éléments tels que le côté esthétique. Les tuyauteries ou câblages seront-ils ajoutés de manière visible ou totalement escamotés ? Une question qui déterminera l’ampleur des travaux à mettre en oeuvre et le budget associé.

2019-02-27 15:51:37

Quel prix pour vos travaux de chauffage ?

A propos

EnChantier met à disposition des particuliers un outil de chiffrage instantané et les aide à trouver des artisans de confiance.
 

CNIL

Déclaration n°1262855

Contact