Chiffrez vos travaux maintenant !
Rencontrez des pros !
Je chiffre mes travauxDemande de devis
Chiffrage immédiat et gratuit,
Votre devis de travaux de chauffe-eau selon un prix de référence.

Prix d'installation d'un chauffe-eau thermodynamique

2019-02-20 14:55:00
Chauffe-eau thermodynamique

Avec un investissement oscillant entre 2 500 à 5 000 € en fourniture et pose, il est possible de faire installer un chauffe-eau thermodynamique (CET). Entre avantages et inconvénients, technologies, principe et entretien, découvrez dans cet article tout ce que vous devez savoir pour faire le bon choix de CET.

 

Que ce soit dans un logement individuel ou collectif, le rôle du chauffe-eau thermodynamique est de proposer de l’eau chaude en tout temps. Le CET requiert un temps de chauffe assez court. En effet, seulement 8 heures sont nécessaires à la chauffe d’un ballon de 250 litres.

 

Le principe du chauffe-eau thermodynamique

Lors de son fonctionnement, le chauffe-eau thermodynamique s’appuie sur les calories présentes dans l’air afin de chauffer l’eau chaude sanitaire. C’est donc, à l’instar de la pompe à chaleur, le principe de l’aérothermie qui est utilisé.

 

Dans la pratique, le CET dispose d’un compresseur. C’est ce dernier qui permet la récupération des calories. Diverses options sont d’ailleurs possibles avec l’utilisation des calories de :

  • l’air extérieur  ;
  • l'air ambiant non chauffé (annexe, garage, buanderie, etc.) ;
  • l’air ambiant extrait d'une ventilation mécanique contrôlée (VMC).

 

Ce compresseur a pour objectif de transmettre la chaleur ainsi captée au ballon d’eau chaude via un liquide caloporteur. Lorsque les calories de l’air ne suffisent pas à chauffer l’eau du ballon, un relais électrique se fait par le biais d’une résistance. Ce peut être le cas si :

  • la température ambiante ou extérieure n’entre pas dans la fourchette -5 à +35°C ;
  • la demande en eau chaude est, ponctuellement, plus conséquente que d’ordinaire.

 

Dans l’idéal, la température ambiante ou extérieure devra être d’environ 20°C. C’est effectivement à cette température que le rendement du CET sera le meilleur. Il est à noter que l’eau chaude produite peut monter jusqu’à 60 °C.

 

Il faut également savoir que, lors de son fonctionnement, le CET, après avoir capté les calories de l’air, rejette un air bien plus froid dans la pièce dans laquelle il est installé. Il faut en effet prendre en considération le rejet d’un air à environ 10°C en dessous de la température ambiante de la pièce.

 

Le rendement du CET

Lorsqu’il est question de rendement pour ce type d’équipement, on parle généralement de COP (soit le COefficient de Performance). Celui-ci se calcule via le rapprochement de la quantité d’électricité consommée avec la quantité de chaleur produite. Si de nombreux appareils affichent des COP entre 3 et 4 (soit une production de 3 à 4 kW pour 1Kw d’électricité utilisé), le COP en conditions réelles d’utilisation normale oscille plus entre 1.5 et 2.6.

 

Pour un rendement optimisé, il est préférable de prévoir un cycle unique de chauffe, idéalement en fin de journée. Un fonctionnement par à-coup serait bien moins rentable puisque finalement plus énergivore.

 

Chauffe-eau thermodynamique et RT 2012

Dans le cadre des constructions neuves, il est possible d’opter pour le CET qui répond aux attentes de la Réglementation Thermique 2012 (RT 2012). Considérés comme des équipements utilisant une énergie renouvelable, ils sont intéressants en termes d’économie puisqu’ils s’appuient sur l’air comme fournisseur. Cette énergie renouvelable et totalement gratuite est secondée, dans une bien moindre mesure, par un apport électrique.

 

Pour exemple, un chauffe-eau classique consomme approximativement trois, voire quatre fois plus d’électricité qu’une version thermodynamique.

 

Les modèles de chauffe-eau dynamique

En termes de chauffe-eau thermodynamique, cinq variantes sont envisageables :

 

Type de chauffe-eau thermodynamique

Notions à connaître

Recommandations

sur air intérieur

  • fonctionnement sur air ambiant : le CET aspire et rejette l’air dans un local non chauffé
  • refroidissement du local : air expulsé 10 degrés plus bas que l’air ambiant
    • risque important de refroidissement du local : baisse de performance de l’appareil et augmentation des pertes énergétiques au niveau du ballon
  • selon isolation du local : absence de bruit dans le logement
  • pièce :
    • d’au moins 20 m3
    • correctement isolée
  • configuration déconseillée :
    • en hiver la température peut passer sous la barre de zéro et provoquer des aléas en lien avec le gel
    • du fait du refroidissement du local

gainé sur air extérieur

  • fonctionnement : des gaines aspirent et rejettent l’air extérieur
  • installation possible dans :
    • une pièce habitable et chauffée
    • un local isolé dans lequel l'air ne doit alors pas être renouvelé constamment (ouverture et fermeture des portes ou fenêtres)
  • nuisances sonores possibles
  • réduction des pertes par refroidissement
  • sans prise d’air en local isolé les performances sont moindres
  • veiller, lors de l’installation, à conserver une étanchéité parfaite (il ne faut pas dégrader l'isolation en place)
  • configuration souvent recommandée en construction neuve

split sur air extérieur

  • composition en 2 parties séparées :
    • un ballon installé dans un local habitable
    • une pompe à chaleur installée à l’extérieur
  • fonctionnement :
    • le ballon stocke l’eau chaude
    • la pompe à chaleur capte les calories
  • performances : perte de performance, notamment en lien avec le dégivrage électrique (consommation électrique)
  • fiabilité et durée de vie de l’unité extérieure limitées du fait d’une exposition aux intempéries
  • bien choisir l’emplacement de l’unité extérieure : possibles nuisances sonores pour le voisinage selon l’emplacement de la pompe à chaleur

sur air extrait

  • rôle double :
    • ventilation
    • production d’eau chaude
  • installation :
    • placé dans une pièce habitable
    • raccordement au système de ventilation
  • fonctionnement :
    • arrivée d’air neuf via les entrées d’air
    • extraction d’air vicié et chaud via des bouches d’extraction
    • transmission d’air chaud vers le CET via un réseau de conduits isolés
  • possibles nuisances sonores dans le logement
  • l’énergie de l’air vicié est utilisée sans impacter l’air du local
  • demande un débit d'air suffisant pour bien fonctionner
  • attention : des surconsommations de chauffage sont à prévoir de par l'augmentation obligatoire du débit de la VMC

sur retour plancher chauffant

  • installation : connexion au circuit retour hydraulique du plancher chauffant
  • lors de la saison estivale : captage des calories de la température ambiante dans le circuit
  • attention au prix de revient
 

 

Les avantages et inconvénients du CET

Comme tout principe, le chauffe-eau thermodynamique présente des avantages et des inconvénients que nous allons détailler ci-dessous :

 

Avantages

Inconvénients

  • économique : permet de réduire la consommation d’énergie en la divisant jusqu’à 3 par rapport à un chauffe-eau électrique classique
  • RT 2012 : validé en neuf puisqu’il s’appuie sur une énergie renouvelable et inépuisable (l’air)
  • écologique : pas d’émission de gaz à effet de serre
  • investissement abordable : avec un prix d’achat avoisinant les 2 000 €, c’est un équipement accessible
  • CITE : équipement éligible en rénovation
  • TVA : 5.5 %
  • mise en oeuvre : relativement simple
  • efficacité :
    • temps de chauffe rapide
    • peut couvrir les besoins d’un foyer jusqu’à 6 personnes
  • niveau écologique limité : consomme également de l’électricité, notamment en heure pleine
  • nuisance sonore : possibilité de nuisance de par le ventilateur
  • contrainte d’installation :
    • requiert une pièce d’au moins 20 m3 non chauffée pour une utilisation de l’air ambiant
    • peut nécessiter moins de 20 m3 si l’air est prélevé à l’extérieur ou dans une autre pièce du logement
  • durée de vie : 6 à 8 ans
 

Le choix du CET

En termes de choix de chauffe-eau thermodynamique, il est à noter que différents éléments viennent influer sur le choix de l’appareil :

  • superficie habitable ;
  • la qualité de l’appareil ;
  • secteur géographique (le CET est plus efficace dans les zones méditerranéennes de par le fort ensoleillement présent) ;
  • isolation en place dans le logement ;
  • nombre d’occupants ;
  • le coût d’investissement ;
  • les performances attendues ;
  • les contraintes (nuisance sonore, volume, emplacement...) ;
  • les travaux d’installation...

 

Parmi les critères importants à vérifier lors de cette sélection, il faut tenir compte de :

  • la technologie employée ;
  • la capacité à fonctionner sur les heures creuses.

 

Le prix du chauffe-eau thermodynamique

Le prix de dépose de l’ancien chauffe-eau

Parmi les travaux préalables, dans le cadre d’une rénovation, il se peut qu’il faille tout d’abord procéder à la dépose de l’existant. Ainsi, il faut compter autour de 140 € pour la dépose, l’obturation des canalisations et l’évacuation d’un chauffe-eau.

 

Le prix de fourniture du CET

A l’achat, le coût du CET reste tout à fait accessible avec des prix allant de 2 000 à 4 000 € selon la technologie utilisée. Ainsi, voici les fourchettes tarifaires envisageables pour l’acquisition de votre équipement :

  • CET sur air ambiant : 2 000 à 3 000 €
  • CET sur air extérieur : 2 000 à 3 500 €
  • CET sur air extrait : 3 000 à 4 000 €

 

Le prix d’installation du chauffe-eau thermodynamique

Pour ce qui concerne l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique, afin qu’il fonctionne correctement, il est nécessaire de disposer :

  • d’au moins 10 m² au sol ;
  • d’environ 20 m3 pour le volume d’air ;
  • d’une pièce chauffée ou non chauffée selon la technologie employée.

 

Pour cette installation, il sera préférable d’en passer par un professionnel qui saura mettre en oeuvre l’ensemble des techniques attendues sur ce type de chantier. Dans ce cadre, vous pouvez vous attendre à un prix de pose de CET autour de 500 à 1 000 €.

 

Le coût de consommation

Autre dépense à prévoir, même si celle-ci est mineure, celle en lien avec la consommation en électricité de votre appareil. En effet, votre chauffe-eau thermodynamique devra s’appuyer de temps en temps sur une production d’eau chaude via la résistance électrique, la facture annuelle pourra alors se chiffrer autour de 160 €.

 

Le prix de l’entretien du CET

Pour offrir la meilleure durée de vie possible à votre chauffe-eau thermodynamique et également disposer d’un fonctionnement optimal tout au long de l’année, il est important de penser à l’entretien de votre appareil.

 

Un entretien par un professionnel est préconisé au moins une fois tous les deux ans, et idéalement tous les ans. Cette prestation peut d’ailleurs être prévue dans le cadre d’un contrat d’entretien. Dans ce cas, il vous en coûtera entre 130 et 200 € par an. Lors de son intervention, votre chauffagiste effectuera alors différentes actions telles que :

  • dépoussiérage ;
  • vérification des pressions du fluide réfrigérant ;
  • contrôle des divers organes du CET : ventilateur, compresseur...

 

Au moins une fois par an il faudra également procéder au nettoyage de l’évaporateur. La vidange quant à elle ne sera nécessaire qu’en cas d’inactivité prolongée d’un CET placé dans une pièce pouvant être exposée à des températures de 0°C, voire moins.

 

Les aides financières

Si vous décidez d’investir et de faire installer un chauffe-eau thermodynamique, vous aurez alors tout intérêt à faire à un professionnel disposant de la qualification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). En effet, au-delà de sa capacité à vous réaliser une installation dans les règles de l’art avec des réglages parfaitement adaptés à vos besoins, il pourra en plus vous permettre de prétendre à des aides financières capables d’alléger sérieusement votre budget.

 

  • CITE (Crédit d’Impôt pour la transition Energétique) : bénéficiez de 30 % sur l’installation de votre matériel
  • TVA à taux réduit : tant sur l’achat que sur la main d’oeuvre pour la pose de votre CET, la TVA sera alors de 5.5 %
  • Subventions de l’ANAH : une aide attribuée sous conditions de ressources
  • Prime énergie
  • Eco PTZ : un prêt à taux 0.

 

Le conseil du professionnel EnChantier

Dans certains cas, le remplacement d’un système de production d’eau chaude sanitaire par un chauffe-eau thermodynamique n’est pas recommandé. Vous rapprocher d’un spécialiste en la matière vous permettra de disposer de conseils de qualité et de vous assurer que vous vous dirigez bien vers la meilleure option.


Quel prix pour votre pose de chauffe eau thermodynamique ?

A propos

EnChantier met à disposition des particuliers un outil de chiffrage instantané et les aide à trouver des artisans de confiance.
 

CNIL

Déclaration n°1262855

Contact