Chiffrez vos travaux maintenant !
Rencontrez des pros !
Je chiffre mes travauxDemande de devis
Chiffrage immédiat et gratuit,
Votre devis de travaux d'isolation de sol selon un prix de référence.

Prix de l’isolation d’un sol

Pose de parquet apès isolation
L’isolation des sols représente un poste important dans les travaux d’isolation. En effet, ces derniers représentent 10 % des déperditions thermiques observables sur un logement. Cela entraîne donc une sensation d’inconfort mais également des consommations énergétiques plus importantes. Afin de limiter ces pertes de chaleur, il est vivement conseillé d’isoler ces surfaces. Pour cela, il faudra compter un budget oscillant entre 20 et 50 € par m².

 

Prix de l’isolation d’un sol : récapitulatif

Sol accessible sur une vide sanitaire, un local non chauffé (cave, garage)

Types d’isolation

Prix au m² (hors pose)

plancher poutrelles et entrevous

entre 40 et 60 €

plancher poutrelle avec isolation sous dalles

entre 20 et 25 €

dalle de béton cellulaire

entre 10 et 20 €

panneaux d'isolant rigides

entre 10 et 20 €

Sol non accessible, disposé sur un terre-plein

Types d’isolation

Prix au m² (hors pose)

isolation sous dalle

environ 30 €

chape spécifique détenant l’isolant directement dans sa composition

entre 45 et 90 € le m² (pose comprise)

chape flottante

entre 40 et 50 €

Types d’isolants

Prix par m² pour 10 cm d’épaisseur

le polyuréthane

20 à 35 €

le polystyrène PSE ou PSX

15 à 20 €

la fibre de bois

15 à 20 €

la laine de roche

5 à 15 €

le verre cellulaire

15 à 40 €

Main d’oeuvre

Prix

tarif horaire

entre 30 et 50 €

pose au m²

entre 10 et 25 €

Travaux annexes

Prix au m²

dépose ancien revêtement de sol

entre 10 et 25 € HT

pose nouveau revêtement de sol

entre 35 et 140 €

 

Pourquoi isoler un sol ?

L’isolation thermique d’un sol aussi appelé plancher bas est nécessaire pour de nombreuses raisons. Elle permet, dans un premier temps, d’éviter les déperditions de chaleur et donc de limiter les dépenses énergétiques liées au chauffage.

De plus c’est un moyen servant à protéger l’habitation contre les remontées d’humidité. Pour terminer, elle lutte contre les nuisances sonores car cela permet une isolation acoustique du logement, ce qui favorise l’amélioration du confort des habitants.

 

Toutefois, dans le cadre d’une rénovation énergétique, si l’isolation du reste de l’habitation est mauvaise, l’isolation seule des sols n’atteindra pas les rendements attendus. La toiture et les murs étant respectivement responsables de 30 % et 20 % des déperditions, il faudra commencer par isoler ces surfaces avant de pouvoir s’attaquer à l’isolation des sols.

 

Les types d’isolants pour une isolation de sol

Pour isoler un sol, il est possible de faire appel à différents types de matériaux tels que :

  • Le polyuréthane dispose de la meilleure performance thermique appelée lambda, étant égale à 0,02 W/mK. Il est aussi un très bon isolant acoustique. Toutefois, en cas de départ de feu, le matériau répand des émanations de gaz toxiques.
  • Le polystyrène expansé ou extrudé présente un indice de performance thermique de 0,03 W/mK. C’est un isolant performant, perméable et facile à manipuler.
  • La fibre de bois : ce sont des panneaux rigides dont le lambda équivaut à 0,038 W/mK.
  • La laine de roche possède un bon coefficient de performance thermique de 0,04 W/mK.
  • Le verre cellulaire : à la fois incombustible et résistant face à l’humidité, il offre une bonne isolation avec une performance thermique de 0,04 W/mK.

 

Ci-dessous, voici un tableau présentant les avantages et les inconvénients des différents types de matériaux pouvant isoler le sol :

 

 

Avantages

Inconvénients

polyuréthane

  • meilleur pouvoir isolant
  • résistant à la compression
  • adapté à un environnement humide
  • léger
  • différents conditionnements (panneaux, mousse projetée)
  • prix
  • mauvaise isolation acoustique
  • conception non écologique
  • craint les rongeurs (s’il est en panneau)
  • inflammable
  • dégagement de fumée toxique en cas d’incendie
  • performances thermiques réduites au fil du temps

polystyrène expansé

  • bon isolant thermique
  • insensible à l’humidité
  • léger
  • facile à installer
  • perméable à la vapeur d’eau
  • prix abordable
  • mauvaises performances acoustiques
  • fragile
  • longévité
  • inflammable
  • émissions toxiques en cas d’incendie

polystyrène extrudé

  • léger
  • facile à installer
  • forte résistance mécanique
  • résistant à l’humidité
  • forte résistance au fluage
  • isolation acoustique mauvaise
  • plus onéreux que la version expansée
  • fabrication polluante
  • émissions toxiques en cas d’incendie

fibre de bois

  • produit écologique
  • très bonnes performances thermiques et phoniques
  • perméable à la vapeur
  • régulateur d’humidité du logement
  • réduction des déperditions de chaleur
  • inflammable (sauf ajout d’un traitement ignifuge)
  • résistance réduite lors de changements de températures et au contact d’eau

laine de roche

  • bon isolant thermique et acoustique
  • prix
  • ininflammable
  • adaptable à tous types d’isolation
  • résistant au froid
  • n’est pas atteint pas les rongeurs
  • port de protection physique pour l’installation
  • perd son efficacité au fil du temps
  • nécessité de remplacement après quelques décennies
  • ajout d’un pare-vapeur suite à la pose conseillé

verre cellulaire

  • stabilité du matériau dans le temps
  • propriétés écologiques
  • recyclable
  • imputrescible
  • incombustible
  • matériau étanche préconisé pour les milieux humides
  • excellent pare-vapeur
  • léger
  • résistant à la pression
  • ne craint pas les rongeurs
  • matériau coûteux
  • mise en place difficile car les panneaux sont rigides

 

Les critères pour choisir l’isolant adéquat

Afin d’opter pour un isolant en adéquation avec votre projet, voici quelques points à prendre en compte :

  • la résistance thermique se manifeste par l’indice R précisant la qualité d’isolation du matériau. Plus R est élevée, meilleure sera l’isolation et l’isolant ne nécessitera pas d’être apposé en une couche trop épaisse. Il est conseillé d’opter pour un isolant dont la résistance thermique minimale est de 3 m²K/W.
  • la conductivité thermique appelée lambda est notée ℷ en watts par mètre kelvin. Cet indice a pour vocation de déterminer l’épaisseur de l’isolant à installer. Plus le lambda est faible, plus le matériau sera isolant.
  • la résistance à la compression : il s’agit d’un facteur important car cela permet de connaître la capacité du matériau à résister face à un poids supporté afin de savoir comment ce dernier va évoluer au fil du temps. Cette résistance est exprimée en kilopascals notée kPa.
  • choisir un isolant incombustible et hydrophobe peut également être un critère de sélection.
  • le climat : selon l’environnement dans lequel est situé le sol à isoler, il faudra adapter le choix de l’isolant car certains sont plus enclins à supporter l’humidité que d’autres par exemple.
  • les finitions : elles sont aussi un moyen pour consolider et augmenter l’isolation d’un sol. Les parquets, moquettes, revêtements vinyles et autre apportent une strate supplémentaire d’isolant.

 

Pour vous guider dans le choix de vos matériaux isolants, il est possible de se référer aux labels qui ont été mis en place sur les emballages des produits. Ainsi, il est donc possible de se fier aux articles disposant de la certification NF, CE, CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) ou encore ACERMI. Ce sont des certifications d’organismes validant les caractéristiques techniques et de sécurité des isolants thermiques.

 

Toutefois, un isolant disposant du label ACERMI ne sera pas forcément de meilleure qualité qu’un produit n’ayant pas cette certification. Cela permet uniquement de prouver que les caractéristiques indiquées sur l’élément sont vraies.

 

Le certificat ACERMI s’appuie sur un classement intitulé ISOLE. Ce dernier permet de mesurer :

  • I = incompressibilité, c’est-à-dire la capacité de résistance de l’isolant à une compression, notée sur une échelle de 1 à 5.
  • S = stabilité dimensionnelle soit la résistance du matériau dans le temps aux déformations liées à l’humidité, à la chaleur ou à toutes autres pressions pouvant lui être infligée. La notation de cet indicateur se situe sur une échelle de 1 à 4.
  • O = sensibilité à l’eau qui représente la capacité d'absorption et d’imperméabilité. Les indicateurs sont échelonnés de 1 à 3 selon leurs performances.
  • L = limite des performances en traction correspond à la rigidité du matériau qui se régule également sur une échelle de 1 à 3.
  • E = capacité de filtration de la vapeur d’eau dont l’indicateur se calcule sur une échelle de 1 à 4.

 

Les méthodes d’isolation d’un sol

Le choix de la méthode d’isolation du sol dépendra avant toute chose des caractéristiques techniques du sol ainsi que de la configuration de votre habitation. Différentes techniques d’isolation des sols sont possibles.

 

Dans un premier lieu, dans les situations les plus faciles, c’est-à-dire si les sols sont accessibles car ils se trouvent sur un vide sanitaire ou sur un sous-sol ou encore une cave, il est possible de réaliser une isolation du sol par le dessous. Cette méthode consiste à appliquer l’isolant sur le plafond de l’espace non chauffé.

Pour ce faire, différentes options peuvent s’offrir à vous. En effet, l’isolation par le dessous de votre sol peut se faire via :

  • un plancher béton à poutrelles et entrevous : des poutres de béton armé ainsi que des hourdis en bois ou en PSE (polystyrène expansé), supportent une dalle en béton.
  • un plancher béton à poutrelle avec isolation sous dalles flottantes.
  • un plancher en dalle de béton cellulaire.
  • une application de panneaux isolants rigides tels que des panneaux de fibres de bois directement fixés ou collés au plafond de l’espace situé sous le sol à isoler.

 

Si aucun accès au plancher bas n’est possible, c’est-à-dire que le sol est disposé sur un terre-plein, il faudra opter pour une isolation par le dessus. Les méthodes pour réaliser une isolation par le dessus du sol sont les suivantes :

  • mettre en place une isolation sous dalle (possible uniquement en construction en neuf) : l’installation de l’isolant s’effectue directement à même le sol. Ce sont des panneaux ou des plaques qui sont installés avant la mise en place de la dalle.
  • couler une chape spécifique appelée chape isolante thermique car elle contient en plus du ciment un isolant au sein même de sa structure. Attention toutefois avec ce type de chape, il est déconseillé de la couler sur un sol humide.
  • isoler au moyen d’une chape flottante.

Ces techniques sont lourdes et onéreuses car il est nécessaire de démolir le revêtement en place.

 

Ainsi, en plus du prix de dépose de l’actuel revêtement, il faudra compter dans votre budget la mise en place d’un nouveau revêtement de sol sur le plancher bas ayant eu recours à une isolation.

 

Pour information, voici les tarifs qui sont appliqués pour la dépose et la mise en place d’un nouveau revêtement :

 

Types de revêtement de sol

Dépose en € HT par m²

Prix de pose et fourniture au m²

parquet

10 €

entre 40 et 140 €

carrelage

25 €

entre 55 et 105 €

revêtement plastique

10 €

entre 35 et 50 €

moquette

10 €

entre 45 et 90 €

 

Découvrez encore plus d’informations sur les revêtements de sol dans les guides suivants : devis moquette, prix de pose du parquet ou encore carrelage : conseils et prix.

 

Le choix de la méthode d’isolation

La technique d’isolation se choisira en fonction de plusieurs éléments qui peuvent être d’ordre pratique, technique ou encore esthétique.

 

Ainsi, pour une rénovation énergétique d’un sol situé sur un terre-plein, il sera important de réaliser un rapport permettant de comparer les bénéfices que de tels travaux engendreront aux dépenses qui seront nécessaires pour les mettre en place afin de permettre la rentabilité du projet.

 

Si vous souhaitez équiper votre logement d’un plancher chauffant, il vous faudra préférer la méthode de la chape flottante ou isolante.

 

Enfin, si vous ne souhaitez pas réduire la hauteur sous plafond de votre cave ou garage se trouvant sous le sol à isoler, il sera préférable de ne pas opter pour la méthode d’isolation par le dessous du plancher bas.

 

Les avantages d’isoler un sol

Un certain nombre d’avantages sont issus de l’isolation d’un sol. On peut ainsi dénombrer les points forts suivants :

 

Avantages

  • améliorer la performance thermique du logement (conserve la chaleur en hiver et la fraîcheur en été)
  • réduire la consommation d’énergie
  • limiter la sensation de sol froid
  • améliorer le confort des habitants
  • permet l’installation d’un plancher chauffant
  • supprimer les ponts thermiques
  • entraîne une plus-value du bien dans le cas d’une éventuelle vente
  • est éligible à des aides financières

 

Les inconvénients d’isoler un sol

Malgré les nombreux avantages émanant d’une isolation du sol, il existe toutefois, des points négatifs à ce procédé. Voici donc ci-dessous une liste des principaux inconvénients :

 

Inconvénients

  • en rénovation, l’isolation par le dessus nécessite de retirer le revêtement au sol présent
  • l’isolation par le dessus rehausse le seuil des portes
  • l'isolation par le dessus nécessite de vider totalement la pièce ou le logement dont il faut isoler le sol
  • le coût d’une isolation par le dessus est plus élevé
  • l’isolation par le dessous réduit la hauteur sous plafond de la cave ou du garage
  • l’isolation du sol s’avère coûteuse

 

Les critères impactant le prix

Le prix pour réaliser une isolation d’un plancher bas dépend de plusieurs critères. Parmi eux, il est possible de citer :

  • le coût des fournitures
  • le prix de la main d’oeuvre
  • la surface à isoler
  • l’enlèvement d’un plancher déjà existant en cas de rénovation

 

Les prix selon la méthode d’isolation du sol

Le choix du procédé pour isoler vos sols sera un facteur déterminant dans l’élaboration du devis. Voici donc une idée des tarifs exercés en fonction de la méthode employée :

 

Sol accessible sur un vide sanitaire, un local non chauffé (cave, garage)

Types d’isolation

Prix au m² (hors pose)

plancher poutrelles et entrevous

40 et 60 €

plancher poutrelle avec isolation sous dalles

20 et 25 €

dalle de béton cellulaire

10 et 20 €

panneaux d'isolant rigides

10 et 20 €

Sol non accessible, disposé sur un terre-plein

Types d’isolation

Prix au m² (hors pose)

isolation sous dalle

30 €

chape spécifique détenant l’isolant directement dans sa composition

45 et 90 € le m² (pose comprise)

chape flottante

40 et 50 €

 

Le prix au m² selon la nature de l’isolant

Selon le type de matériau choisi, cela peut faire grimper la facture finale. Voici, à titre indicatif, les prix des principaux isolants utilisés pour l’isolation d’un sol :

 

Types d’isolants

Prix par m² pour 10 cm d’épaisseur

le polyuréthane

20 à 35 €

le polystyrène PSE ou PSX

15 à 20 €

la fibre de bois

15 à 20 €

la laine de roche

5 à 15 €

le verre cellulaire

15 à 40 €

 

Le prix de pose de l’isolation

Au prix de ces fournitures, il ne faut pas oublier d’ajouter le tarif de la main d’oeuvre se situant entre 30 et 50 € de l’heure.

 

Il est également possible de trouver le prix de pose au m². Dans ce cas, il faudra compter un budget oscillant entre 10 et 25 € par m².

 

Les aides pour isoler un sol

Comme vous avez pu le constater, l’isolation du sol nécessite une enveloppe travaux assez conséquente. Afin de réduire les coûts de vos travaux, il faut savoir qu’il est possible que ces derniers soient amortis par un certain nombre d’aides financières. Toutefois, pour pouvoir en bénéficier, certaines sont réglementées par des plafonds de revenus. De plus, il faut choisir un artisan Reconnu Garant de l’Environnement.

 

Les aides que vous pouvez obtenir sont :

  • les aides de l’ANAH pouvant couvrir jusqu’à 50 % des dépenses d’isolation du sol
  • la TVA à taux réduit de 5,5 %
  • la Prime Energie permet de couvrir une partie des dépenses déboursées dans vos travaux visant à améliorer les performances énergétiques de votre logement
  • le CITE, ou Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique, permet de déduire jusqu’à 30 % de la somme totale des dépenses pour les travaux d’isolation des sols de vos impôts

 

Toutes ces aides cumulées sont susceptibles de couvrir jusqu’à près de 60 % du montant total des travaux d’isolation des sols.

 

 

Le conseil du professionnel EnChantier

Faire appel à un professionnel est un gage de garantie car il dispose d’une responsabilité civile décennale permettant de vous protéger contre d’éventuels dommages se produisant dans les 10 ans suivant la date de fin de chantier.

 

Afin de bénéficier des aides financières en place pour alléger la facture d’isolation d’un sol, il est également conseillé de choisir un artisan disposant de la mention RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) et installer un isolant dont la résistance thermique est supérieure ou égale à 3 m².K/W.

2019-09-20 11:16:58

Quel prix pour votre projet de travaux ?

A propos

EnChantier met à disposition des particuliers un outil de chiffrage instantané et les aide à trouver des artisans de confiance.
 

CNIL

Déclaration n°1262855

Contact